Alerte à la contrefaçon d’huile d’olive

3566

Alors que la saison des récoltes d’olives et de production de leur huile touche à sa fin, les associations de protection des consommateurs tirent la sonnette d’alarme quant à la contrefaçon d’un des condiments les plus utilisés par les Marocains. 

Dimanche 15 décembre dernier, la Fédération marocaine du droit du consommateur (FMDC) a lancé une alerte aux consommateurs d’huile d’olive afin qu’ils se méfient de la provenance et de la qualité de ce produit, lit-on ce jour dans L’Économiste. « Dans certains cas, la production de l’huile d’olive est entachée par des pratiques frauduleuses qui impactent aussi bien la qualité du produit que sa sécurité », prévient la FDMC.

En effet, il existe des réseaux commerciaux informels et des marchands saisonniers qui recourent à des mélanges avec des huiles de table, à des comprimés ou encore à des colorants dans le but d’obtenir la même saveur que l’huile d’olive, poursuit le quotidien. « Ces comprimés sont dangereux pour la santé et sont en vente libre chez certains marchands de produits phytosanitaires », explique Madih Ouadi, secrétaire général qui précise ne pas connaître la composition de ces produits chimiques.

 

Lire aussi : L’image du jour. Ivanka Trump dans une oliveraie à Sidi Kacem

 

Madih Ouadi met en garde également sur l’étiquetage qui peut présenter des informations incomplètes ou falsifiées. Quand aux produits non étiquetés, ils peuvent parfois se constituer de mélanges d’huile fraîche avec celle de l’année précédente. Ainsi, la FDMC conseille d’acheter l’huile d’olive chez des producteurs de confiance ou des unités certifiées par l’ONSSA, et d’éviter les marchands de route ou les souks hebdomadaires où l’origine du produit est difficilement traçable.

La FMDC encourage toutes les unités de production, de stockage, de conditionnement et de commercialisation à adhérer à la certification sanitaire de l’ONSSA. Les consommateurs doivent aussi participer activement à cette sensibilisation et sont invités à signaler toute huile douteuse auprès des autorités locales ou des associations de consommateurs.

 

Lire aussi : Agadir: une vingtaine de conteneurs d’huile d’olive bloqués au port

 

Chamseddine Abdati, président du Forum marocain du consommateur, va plus loin et accuse les consommateurs qui achètent ces huiles d’être responsables du phénomène de contrefaçon. « Ils encouragent ces marchands malveillants en leur achetant une huile à 30 ou 40 dirhams le litre. Le coût d’extraction de l’huile d’olive revient bien plus cher aux producteurs qui ne peuvent vendre le litre à ce prix-là », a-t-il déclaré à Al Massae dans sa livraison de ce mardi 17 décembre, repris par Le360.

En attendant, les consommateurs doivent rester suspicieux face à une huile trop peu chère. Normalement, l’huile d’olive se vend entre 40 et 60 DH le litre en fonction de la qualité et de l’acidité, certaines marques pouvant aller jusqu’entre 70 et 80 DH.