Akhannouch hué en présence du roi: Aujjar annonce l'ouverture d'une enquête

Profitant d’une activité royale à Tanger, plusieurs individus ont scandé le slogan «Akhannouch dégage!», demandant le départ du ministre de l’Agriculture. Selon les premières révélations, un proche d’Ilyas El Omari serait l’auteur de cette machination.
Alors que le roi était attendu pour inaugurer le port de plaisance Tanja Marina Bay le jeudi 7 juin, et que plusieurs ministres et responsables de la région attendaient l’arrivée du cortège du souverain pour le saluer, une foule d’individus a commencé à crier: «Akhannouch dégage!».
Devant la stupéfaction des responsables du protocole, Mohamed El Yaakoubi, wali de la région de Tanger-Tétouan, tente de calmer la petite foule sans résultat. Au moment de l’habituel bain de foule royal sous les vivats des citoyens, certains individus persistaient à scander le slogan demandant le départ du président du RNI et ainsi faire parvenir leur message à l’oreille du roi.
Rapidement, cette scène surréaliste transmise en direct sur Facebook devient virale et donne un coup de fouet aux tenants du boycott.
L’homme des sales besognes
Pour commencer, l’auteur de la vidéo a été identifié comme étant Amine Zaoudi, qui a filmé cette vidéo pour le compte du portail Tanja24. En effet, Zaoudi est connu pour sa proximité avec lyas El Omari, le président de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima.
Pour semer le doute, le photographe en question figure lui-même sur la vidéo en cause, se montrant amusé par les slogans qui visent Akhannouch.
Selon Al Massae du 11 juin, Amine Zaoudi couvrait une réunion des patrons des agences de location de voitures qui se déroulait à l’hôtel Kenzi Solazur à proximité du port de plaisance Tanja Marina Bay. «Après la fin de la réunion, je suis parti pour saluer le roi», dit-il pour se disculper de tout lien entre sa présence sur les lieux et son acte délibéré de filmer la scène pour le compte d’un éventuel commanditaire.
https://youtu.be/1S9F-jS7PFQ
Grosse faille sécuritaire
Omar Moro, le coordinateur du RNI à Tanger a dénoncé «l’exploitation politicienne de la visite royale» et ajoute qu’une enquête du ministre de l’Intérieur déterminera les responsables de cette machination qui vise Aziz Akhannouch. Ceci a été confirmé aujourd’hui au parlement par Mohamed Aujjar, ministre de la Justice.
En effet, le modus operandi de cette opération a démontré les défaillances qui ont entaché le protocole de sécurité habituellement appliqué lors des visites royales, particulièrement pour les citoyens qui se placent dans des points proches du roi.
Selon un responsable sécuritaire cité par Al Massae, les autorités disposent des renseignements en amont sur les personnes qui se déplacent pour saluer le souverain lors des activités royales.
Par ailleurs, ce responsable s’est étonné de l’absence d’une sécurisation du lieu pour empêcher l’usage des téléphones portables et contrôler les slogans scandés par la population. «Une défaillance qui risque de faire tomber des têtes après l’enquête du ministère de l’Intérieur», poursuit le responsable.