Ahmed Raïssouni voit la main du Mossad dans les attentats du 16 mai 2003

1058

L’ancien président du mouvement de l’Unicité et de la réforme (MUR), Ahmed Raïssouni, a déclaré qu’il n’excluait pas une participation du Mossad et des services de renseignements français dans les attentats du 16 mai au Maroc.
L’ancien président du MUR, bras idéologique du parti Justice et développement (PJD), a laissé entendre dans une interview accordée au quotidien Akhbar Al Yaoum que les attentats du 16 mai n’étaient pas innocents. «Les explications avancées par l’état ne sont pas convaincantes et ne justifient pas des attentats d’une telle ampleur», pense Raïssouni avant d’ajouter: «Les personnes arrêtées et celles qui se sont faites explosées ne peuvent pas organiser, à elles seules, des attentats aussi meurtriers».
Pour lui, la vérité sur les attentats qui ont coûté la vie à 45 Marocains, dont 12 kamikazes, n’a pas été dévoilée au grand public, ce qui pose selon lui beaucoup de questions. «L’Etat n’a pas présenté une explication convaincante. Peut-être qu’il n’est pas parvenu à élucider ce mystère ou qu’il cache la vérité sur cette affaire», estime l’ancien président du MUR.
Le fqih va plus loin et déclare que certains membres du MUR, bras idéologique du PJD, et des salafistes ont soupçonné une entité au sein de l’Etat d’être derrière ces attentats mais sans avoir de preuves pour porter une telle accusation.
«Après que la presse ait publié des informations sur l’institut d’entrainement militaire israélien alpha, des «frères» ont reposé la question. Ils n’excluent pas que des membres des services secrets israéliens ou français aient une main dans ce massacre», assure Raïssouni.