Algérie: Ahmed Assid dénonce l’absurdité de l’interdiction du drapeau amazigh par Gaïd Salah

4372
Ahmed Assid. DR.

Le 23 juin dernier, 18 manifestants pacifistes algériens ont été écroués pour « atteinte à l’unité nationale » parce qu’ils brandissaient le drapeau amazigh. Nous avons demandé à Ahmed Assid, intellectuel et écrivain marocain amazigh d’expliquer la signification de cet emblème récemment interdit des manifestations algériennes par le général Gaïd Salah. 

« Il n’y a aucune loi en Algérie ni au Maroc qui interdit les symboles sportifs, culturels ou identitaires. Le drapeau amazigh fait partie de ces symboles-là qui n’ont rien à voir avec les symboles politiques de l’Etat ou de la nation. Puisqu’il n’y a pas de loi, l’accusation est insignifiante », assure le penseur qui fait le parallèle avec les manifestants du Rif d’Al Hoceïma. « Les juges avaient tenté de les accuser de séparatisme en invoquant le port du drapeau amazigh mais ils ont échoué puisque le drapeau amazigh n’a aucune signification séparatiste. Donc ils ont cherché autre chose », poursuit-il. Il n’existe donc aucune loi parmi l’arsenal juridique des pays maghrébins qui interdit l’utilisation de ce drapeau.

 

Lire aussi : Les Amazighs au Maghreb: beaucoup de revendications, quelques droits

 

« L’arrestation des 18 manifestants en Algérie est considérée partout comme une injustice pour la simple raison que le drapeau amazigh n’a rien à voir avec une quelconque tendance séparatiste », renchérit Assid qui précise que le drapeau existe depuis les manifestations du Printemps berbère en 1980. Il est resté présent dans toutes les manifestations amazighes que ce soit dans les pays d’Afrique du Nord ou dans les pays de la diaspora (Europe, Canada,etc.).

« Un simple drapeau identitaire »

C’est un drapeau qui symbolise la culture et l’identité amazighes dans le monde. Il a été adopté par le Congrès mondial amazigh au milieu des années 1990 aux Îles Canaries. « C’est un drapeau international identitaire et culturel, ce n’est pas un drapeau d’Etat. Donc il ne peut pas entrer en concurrence avec des drapeaux politiques d’Etats », explique Assid. « C’est pourquoi en Algérie par exemple, on le montre au coté du drapeau algérien qui symbolise la nation et la patrie algérienne ».

Les couleurs du drapeau amazigh évoquent la géographie de la « Tamazgha, le pays des Amazighs ». Le jaune symbolise le Sahara, le vert, les montagnes et forêts, le bleu, l’océan Atlantique et la Méditerranée. « Et il y a le Aza, le Z en tifinagh, en rouge au milieu du drapeau et qui signifie la profondeur historique et l’identité amazighes des habitants de l’Afrique du Nord », développe l’auteur.

 

Lire aussi : Algérie: les étudiants manifestent, dénoncent l'interdiction du drapeau Amazigh

 

« Cela ne peut pas être un drapeau d’Etat parce que c’est un drapeau identitaire national. Personne n’a jamais essayé de l’utiliser autrement. Il est utilisé comme un simple symbole identitaire. On l’utilise dans les colloques, les soirées artistiques, les concerts, les manifestations, etc. Mais il est impossible de l’utiliser pour des fins séparatistes car il dépasse les frontières et représente l’existence d’Imazighen à travers le monde », affirme Assid.

« Le régime essaye de diviser les manifestants »

Selon Ahmed Assid, l’arrestation de ces manifestants algériens signifie tout simplement que le régime militaire algérien souhaite diviser les manifestants. En effet, ces derniers représentent toutes les tendances politiques et idéologiques du pays, « donc l’intérêt des militaires, c’est que les manifestants s’affrontent entre eux, qu’il y ait des conflits entre toutes ces tendances-là ».

Des manifestants brandissent le drapeau amazigh lors d’une manifestation anti-système en Algérie. DR.

Le régime a donc essayé de faire croire aux manifestants qu’il y a un problème et ils ont choisi le drapeau amazigh « alors que ce drapeau-là a été pendant très longtemps dans les manifestations sans présenter de danger ni de problème, que ce soit en Algérie ou au Maroc, en Tunisie, en Lybie ou autres ».

« A mon sens, il faudrait que les manifestants amazighs en Algérie continuent leur lutte pour libérer les manifestants qui ont été arrêtés. C’est à travers la pression de la rue que ces manifestants seront libérés parce qu’il y a des milliers de gens qui ont ce drapeau à la main et qui jusqu’à présent n’ont pas été arrêtés. Condamner 18 personnes d’une accusation injuste alors que des milliers d’Algériens portent le même symbole, ça signifie que les militaires ont commencé à perdre leur équilibre et leur sagesse. C’est ce qui pourrait provoquer des affrontements entre les citoyens et les forces de l’ordre » conclue Assid.