Ahizoune et la mort clinique de l’athlétisme marocain

Soufiane El Bakkali a décroché le bronze lors des Mondiaux de Doha. Pour le reste, circuler, il n’y a rien à voir. Les mondiaux de Doha ont démontré, on ne peut plus clair que l’athlétisme marocain a atteint un état de décomposition aux conséquences irréversibles.

 

Le Maroc n’a pas remporté une médaille  depuis 14 ans. Pire, les athlètes marocains sont revenus des mondiaux de Doha avec une seule médaille en bronze, terminant 31e au classement général.

Pourtant, ce résultat était prévisible puisque la descente en enfer dure depuis plus d’une décennie. En été dernier, les signes précurseurs du désastre de Doha avaient été pressentis lors de Jeux Africains où l’athlétisme marocain n’a pas brillé de mille feux. Arrivée à Doha pour les mondiaux de l’athlétisme, une pagaille générale alimentée par des rivalités entre la Direction technique nationale et les entraineurs personnels des athlètes a fini par ruiner nos chances de revenir au devant de la scène mondiale de l’athlétisme.

Athlétisme: Hicham El Guerrouj évoque l’épineuse question de dopage au centre d’Ifrane

 

Tout le monde pointe du doigt le président de la Fédération royale marocaine d’athlétisme (FRMA), Abdeslam Ahizoune.  En juillet dernier, Ahizoune, patron de Maroc Telecom, ou encore du festival Mawazine, a été réélu à l’unanimité pour un quatrième mandat, lors d’une Assemblée générale ordinaire (AGO) 2017-2018 très tendue.

Il avait, mené un combat acharné pour empêcher Hicham El Gerrouj de lui succéder à la tête de la FRMA. Ce dernier n’a, d’ailleurs, pas cessé de dénoncer le fait qu’Ahizoune a enfreint l’article 23 de la loi numéro 30-09, qui lui interdit en principe de se présenter pour un nouveau mandat.

Si on fait le compte, Ahizoune est la tête de l’athlétisme marocain depuis 2006, et malgré ses tentatives de corriger le tir, il est de facto responsable du naufrage de ce sport.

 

Lire aussi: Athlétisme: Ahizoune réélu à la tête de la FRMA, El Guerrouj se retire

 

Pis encore, plusieurs médias accusent le Maroc d’être la plaque tournante du dopage mondial. Des journalistes allemands ont récemment mené une enquête sur le sujet et avaient décrit le royaume comme le paradis de dopage. 

Scandales de dopage à répétitions, résultats décevants des athlètes… L’athlétisme marocain touche le fond.