Agadir: le directeur de l’hôpital provincial poursuit une journaliste et une patiente

651

Poursuivie par le directeur de l’hôpital provincial Mokhtar Soussi de Biougra (région d’Agadir) pour «injure et diffamation»,  la journaliste de Rimal TV Bouchra Chetouani a comparu, mercredi 08 janvier, devant le tribunal de première instance d’Agadir. A l’origine de cette affaire, un reportage qu’elle a réalisé sur une ouvrière agricole qui aurait été victime d’une erreur médicale.

Une nouvelle affaire de presse vient secouer l’actualité. La journaliste de Rimal TV, une chaîne web locale siégeant à Agadir, la journaliste Bouchra Chetouani a comparu devant le juge du tribunal de première instance d’Agadir, mercredi 8 janvier, pour répondre aux accusations du directeur de l’hôpital provincial de Biougra, chef-lieu de la province de Chtouka-Aït Baha, Moncef Lazraq.

Celui-ci l’accuse d’injure et de diffamation et réclame une indemnisation de 200.000 dirhams.

Jointe par H24info, la journaliste affirme que le directeur de l’hôpital poursuit également la chaîne pour «publication mensongère» et la «victime», l’ouvrière agricole qu’il a opérée pour une hernie inguinale, elle aussi, pour «injure et diffamation».

 

Cette affaire remonte à octobre dernier quand une ouvrière agricole souffrant d’une d’une hernie inguinale à cause de la pénibilité de son travail s’est rendue pour consulter à l’hôpital.

Le médecin, également directeur de l’hôpital, lui a alors prescrit un scanner qu’elle a réalisé dans une clinique privée à 2500 dirhams. A son retour, il lui indique l’urgence d’une intervention chirurgicale.

Après 5 heures passées au bloc opératoire, le médecin, seul chirurgien de l’hôpital Mokhtar Soussi, affirme à la patiente qu’elle a été victime d’un faux diagnostic et qu’elle n’a aucune hernie.

De retour à la clinique où a été effectué le scanner, on lui a confirmé d’existence d’une hernie et que le médecin devrait lui mettre une prothèse pariétale pour le traitement de son éventration abdominale. Chose qu’il n’a pas faite.

 

Lire aussi: Khémisset: trois ans de prison ferme pour le youtubeur «Moul l’hanout»

 

Obligée de retourner à son travail, l’ouvrière agricole a eu des complications. Ce qui l’a poussée à recourir à la section locale de l’Association marocaine des droits de l’Homme (AMDH).

C’est dans les locaux de l’AMDH qu’elle s’est exprimé dans la vidéo filmée par Rimal TV pour dénoncer le tort causé.

A noter que le tribunal de première instance d’Agadir a décidé le report du procès au 5 février prochain.