Agadir: l’octroi de noms de villes palestiniennes à 43 rues suscite la polémique

3461

Plusieurs acteurs associatifs ont appelé à l’organisation d’un sit-in, demain mardi 17 juillet, devant la municipalité d’Agadir pour protester contre la décision du Conseil de la ville de donner des noms de villes palestiniennes à 43 rues du quartier Al Qods situé dans la capitale du Souss.
Dans l’édition du lundi 16 juillet du quotidien Assabah, des acteurs associatifs estiment que le Conseil devrait plutôt rendre hommage aux personnalités marocaines qui ont tant apporté à la région et au pays tels que Mohammed Khaïr-Eddine, Aissa M’barek ou encore Lhadj Belaïd.
L’instance démocratique de la citoyenneté et des droits de l’Homme a par ailleurs publié un communiqué dans lequel elle proteste contre cette décision qui « menace la pluralité de l’identité marocaine, et l’identité amazigh de la région ». L’instance a donc appelé Saleh Mellouki, président du Conseil, à revenir sur cette décision.
De son côté, Mohamed Bakiri, vice-président à la commune d’Agadir a réagi à ces critiques dans une déclaration au site électronique du parti du PJD. Il y rappelle qu’il existe un lien historique entre le Maroc et la Palestine et précise que cette décision n’est nullement liée à une quelconque tentative de porter atteinte à l’identité Amazigh. « L’identité amazigh est si importante qu’elle ne pourrait pas être enterrée », a-t-il déclaré.
Et d’ajouter: « Certaines personnes veulent utiliser l’initiative du Conseil de la ville pour servir leurs propres intérêts. Les rues d’Agadir leur répondront en montrant encore plus de soutien à la cause palestinienne ».