H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Malgré la tentative de la défense de l’ex-ministre des AE de classer l’affaire, le juge qui enquête sur l’entrée «illégale» de Brahim Ghali en Espagne s’y oppose, estimant qu’il y a bien eu une «violation frontale» de la loi.

    Le juge d’instruction, Rafael Lasala, qui enquête sur l’entrée «illégale» du chef séparatiste sur le territoire espagnol le 18 avril a refusé de prononcer un non-lieu, comme demandé par l’avocat de l’ex-ministre Arancha Gonzalez Laya, entendue dans le cadre de cette instruction.

    La décision du juge a été communiquée le jeudi 7 octobre, rapportent des sources locales. Dans son rendu, le juge a affirmé «qu’il n’y a pas eu de mauvaises interprétations des règles de base de l’espace Schengen, mais plutôt une violation frontale de ses préceptes», faisant référence au premier alinéa de l’article 5.2. du règlement UE 2016/399, relatif aux frontières extérieures du continent européen.

    Rafael Lasala a également mis en doute les raisons «humanitaires» derrière lesquelles s’abrite l’accueil du chef séparatiste et présentées par le gouvernement de Pedro Sanchez. «C’est très bien d’être humanitaire, mais il y a aussi des obligations envers les 28 pays européens (…) nous sommes soumis à un traité international», a souligné le juge d’instruction.

    Lire aussi: Vidéo. Arancha Gonzalez Laya: «Brahim Ghali est entré en totale légalité»

     

    Pour rappel, l’ex-ministre espagnole des affaires étrangères a expliqué devant le juge le 4 octobre dernier que l’entrée de Brahim Ghali «est une décision politique prise pour des raisons humanitaires», lors d’un «Conseil des ministres». Selon elle, Brahim Ghali est entré «en totale légalité» sur le sol espagnol pour y être soigné du Covid.

    L’implication de la ministre dans ce dossier ne faisait plus l’ombre d’un doute après les aveux du général de l’armée de l’air qui avait reçu l’ordre du ministère de Gonzalez Laya d’autoriser l’atterrissage de l’avion transportant Brahim Ghali sur la base aérienne de Saragosse.

    Share.

    Comments are closed.