Brahim Ghali: les partis interpellent le gouvernement espagnol, Nizar Baraka le Parti Populaire

356
.DR

Dans une déclaration conjointe, les principaux partis politiques marocains se sont adressés au gouvernement espagnol après l’accueil du chef séparatiste Brahim Ghali. De son côté, Nizar Baraka (Istiqlal) a envoyé une lettre au chef du Parti Populaire (PP), Pablo Casado pour le remercier.

Les dirigeants des neuf partis politiques représentés au Parlement ont exprimé leur désapprobation après l’accueil par l’Espagne du chef du “polisario”,  Brahim Ghali, appelant à rectifier cette erreur en le traduisant devant la justice.

Lors d’une rencontre tenue samedi 8 mai par le Chef du gouvernement Saad Dine El Otmani avec les dirigeants de ces partis, en présence du ministre d’État chargé des Droits de l’Homme et des Relations avec le Parlement, Mustapha Ramid, et du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, ils ont souligné que l’accueil par l’Espagne du chef des séparatistes, sous une fausse identité, est un «acte inacceptable» qui nuit aux relations et aux intérêts communs entre les deux pays.

Dans ce contexte, le vice-secrétaire général adjoint du Parti de la Justice et du Développement (PJD), Souleymane El Amrani, a indiqué dans une déclaration à la presse que la réunion a traité des derniers développements des relations maroco-espagnoles à la lumière de la démarche ’’provocatrice prise par l’Espagne en accueillant le chef du front séparatiste”.

 

Lire aussi: L’accueil en Espagne de Brahim Ghali est un « acte prémédité », dénonce Bourita

 

Le PJDiste a qualifié l’attitude du voisin espagnol d’”inacceptable et nuisible au parcours de la relation stratégique et du bon voisinage” entre les deux pays, faisant remarquer que les justifications avancées par l’Espagne sont “loin d’être convaincantes”.

« Un acte inacceptable »

De son côté, Abdellatif Ouahbi, secrétaire général du Parti Authenticité et Modernité (PAM), a affirmé que les agissements de l’Espagne ont eu un impact négatif car ne respectant pas les accords bilatéraux conjoints et même les traités internationaux, appelant à renvoyer le dossier du dénommé Brahim Ghali en justice.

Pour sa part, Mohand Laenser, secrétaire général du parti du Mouvement populaire (MP), a affirmé que l’accueil par les autorités espagnoles du chef des séparatistes est une erreur et un acte inacceptable, d’autant plus que les deux pays sont liés par des relations de partenariat stratégiques.

Dans cette même veine, Mohamed Sajid, secrétaire général du Parti de l’Union constitutionnelle (UC), a déclaré que l’accueil par l’Espagne du chef des milices du Polisario va à l’encontre des principes de bon voisinage, des relations séculaires et historiques unissant les deux pays et de leurs intérêts économiques communs.

 

Lire aussi: Espagne: Brahim Ghali convoqué finalement devant la justice le 1er juin

 

Le SG du parti de l’Istiqlal, Nizar Baraka, a adressé, dimanche 9 mai une lettre au chef du parti espagnol Partido Popular, Pablo Casado pour le remercier.

« C’est sans grande surprise mais toujours avec beaucoup de satisfaction que je constate, encore une fois, que la famille politique que vous dirigez a été en première ligne pour interpeler le gouvernement de votre pays, suite à l’accueil sur le sol espagnol du chef des séparatistes du Polisario », a-t-il écrit.

Dans sa lettre, Nizar Baraka explique que « l’incompréhension a été forte et générale au Maroc ». « Nous considérons, au Parti de l’Istiqlal, que la décision du gouvernement espagnol d’accueillir le chef du polisario, qui fait l’objet de plusieurs poursuites en Espagne pour des crimes graves contre l’humanité, tortures, viols, terrorisme, séquestrations et qui, de plus, a déclaré la guerre au Maroc et refuse de respecter l’accord de cessez le feu de 1991 depuis novembre 2020, entache sérieusement la sérénité de cette convergence partenariale que nos deux pays savent tenir en haute estime lorsqu’il le faut », a-t-il écrit.