Affaire Brahim Ghali: le PP réclame la démission de la ministre des AE

6843
Teodoro García Egea, le secrétaire général du Parti Populaire./DR

Le secrétaire général du Parti Populaire a demandé la démission de la ministre des Affaires étrangères, Arancha González Laya, pour sa « gestion catastrophique » de la crise diplomatique avec le Maroc.

Le numéro 2 du PP, Teodoro García Egea, a dénoncé la gestion «catastrophique» de l’affaire Brahim Ghali, «aussi bien à l’entrée du pays pour y être hospitalisé à Logroño, qu’à sa sortie», ce mardi 1er juin, quelques heures après sa comparution devant l’audience nationale dans le cadre des deux plaintes pour «génocide et autres crimes».

Dans cette interview accordée, mercredi 2 juin, à la chaîne TVE, le secrétaire général a également souligné «l’obscurantisme» autour de ce départ précipité profitant du fait que  la justice n’ait pas imposé de mesures conservatoires.

Selon le parti de droite, cette crise de «premier ordre» est due à «l’absence d’une politique étrangère claire de la part de l’exécutif de Pedro Sánchez». Et de souligner le fait que la ministre des AE «n’a pas donné de réponse claire au sujet du désaccord avec le Maroc».

 

Lire aussi: Brahim Ghali a quitté l’Espagne

 

García Egea rappelle aussi «qu’aucune puissance étrangère n’a soutenu l’Espagne» dans cette affaire. «Nous avons perdu notre alliance avec les États-Unis. Joe Biden a appelé 30 dirigeants étrangers, mais n’a pas encore appelé l’Espagne (…) cela veut dire qu’on ne pèse rien sur la scène internationale.»

Dans la même veine, l’eurodéputé PP et ancien ministre des Affaires étrangères, José Manuel García-Margallo, a expliqué que cette crise «s’est calmée, mais c’est loin d’être fini». En effet, «les pays européennes devront prendre position à propos du Maroc et de la reconnaissance américaine de la souveraineté marocaine sur le Sahara».