H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Le ministère public souhaite ouvrir une enquête à l’encontre de l’ex-ministre espagnole des Affaires étrangères suite à l’entrée illégale et secrète de Brahim Ghali sur le territoire espagnol. Une requête qui fait suite aux aveux de l’ex numéro 2 de la ministre qui l’a citée comme principale donneuse d’ordre.

    Dans une déclaration au juge du tribunal d’instruction numéro 7 de Saragosse, Camilo Villarino, numéro 2 de l’ancienne ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya, a livré ce lundi 13 septembre, des détails importants sur l’entrée en secret de chef du Polisario sur le territoire espagnol en avril dernier.

    Camilo Villarino, a affirmé que la ministre lui avait demandé de «gérer en totale discrétion» l’entrée en Espagne de Brahim Ghali, afin que sa présence ne choque pas l’opinion publique, rapporte le quotidien La Vanguardia. Il a ensuite expliqué avoir suivi les ordres de l’ex-ministre qui demandait la discrétion absolue étant donné que l’entrée de Brahim Ghali n’avait pas été communiquée à «des pays tiers, en faisant référencement au Maroc», poursuit la même source.

     

    Lire aussi: Affaire Brahim Ghali: l’étau se resserre autour de l’ex MAE espagnole Arancha Gonzalez

     

    Camilo Villarino a insisté lors de sa comparution sur la «prudence» exigée par la ministre dans ce dossier. Il avait ainsi accepté le transfert de Brahim Ghali depuis l’Algérie vers la base aérienne de Saragosse, où seul le personnel diplomatique est admis, indique le quotidien espagnol.

    Selon les dires de l’ancien numéro 2, Brahim Ghali est entré avec un passeport diplomatique. Mais un document du tribunal central d’instruction numéro 5 transmis au juge tribunal numéro 7 de Saragosse révèle que le chef séparatiste se déplaçait en Espagne avec au moins quatre identités différentes dont celle de Mohamed Benbatouch avec laquelle il a été admis à l’hôpital de Logroño, rapporte le média local Ok Diario.

    Ces dernières révélations ont poussé le ministère public a demandé l’ouverture d’une enquête à l’encontre de l’ancienne ministre espagnole écartée du gouvernement après l’aggravation de la crise bilatérale entre Rabat et Madrid. L’ancienne ministre pourrait donc bientôt se retrouver sur le banc des accusés.

    Share.

    Comments are closed.