Affaire Bouachrine: passe d'armes entre Hamieddine et une des plaignantes

5837

Un échange virulent a eu lieu jeudi sur les réseaux sociaux entre le leader du Parti de la justice et du développement (PJD), Abdelali Hamieddine, et la plaignante dans l’affaire du journaliste Taoufik Bouachrine, Naima Lahrouri.
L’affaire Bouachrine est le théâtre d’un nouveau champ de bataille sur les réseaux sociaux. Dans une publication sur sa page Facebook, jeudi 9 mars, et alors que le procès du directeur de publication d’Akhbar Alyaoum Taoufik Bouachrine était toujours en cours, Abdelali Hamieddine leader du parti de la lampe écrivait sur sa page Facebook: « deux avocats défendant les plaignantes, Lahbib Hajji et Jawad Benjelloun Touimi, plaident également dans l’affaire d’Ait El Jid Benaissa que l’on active contre moi, après un quart de siècle ».

En substance, Hamieddine, ami proche soutient inconditionnel de Bouachrine  depuis son arrestation, estime qu’un complot politique est derrière la poursuite contre le patron d’Akhbar Alyaoum. « Les choses sont claires (…) les honnêtes de la nation doivent choisir leur camp », tranche le leader islamiste, accusé d’avoir participé au meurtre de Mohamed Ait Ljid Benaissa, étudiant d’extrême gauche assassiné au début des années 90 à la faculté de Dhar lmhraz à Fès.
La sortie de Hamieddine a vite suscité la réaction d’une des plaignantes de l’affaire Bouachrine, Naima Lahrouri. La présumée victime a publié un commentaire chez Hamieddine, supprimé dans la foulée par ce dernier. Lahrouri a ensuite écrit à son tour un message sur sa page dans lequel elle prend pour cible le membre du PJD. « Tu sais bien que la plaignante Naima Lahrouri est défendue par Me Mustapha Seghiri, qui vous défend également dans le dossier d’Ait El Jid, tu l’avais oublié dans ta publication, où tu le fais exprès, toi qui demande aux gens de choisir entre les deux camps », lâche la journaliste, première plaignante dans l’affaire Bouachrine.

 
En réponse, Abdelali Hamieddine reconnait que Me Seghiri s’est proposé pour le défendre dans l’affaire Ait El Jid, mais précise: « je l’ai remercié et je l’ai retiré de mon comité de défense ».
Naima Lahrouri est chroniqueuse dans le quotidien Al Akhbar, dont le patron n’est autre que Rachid Nini, ancien collègue de Bouachrine au quotidien Almassae. La plaignante, membre de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) est également membre du cabinet de la ministre déléguée au Tourisme Lamiae Boutaleb (RNI).