Affaire Bouachrine: Amal El Houari convoquée par la BNPJ

5197
Amal Houari. Crédit: DR.

La Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) a convoqué ce jeudi la journaliste Amal Al Houari pour l’auditionner après s’être cachée, en juin, dans la maison de son avocat, Mohamed Ziane.
La brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) a convoqué, jeudi 2 août, la journaliste Amal Al Houari dans le cadre de l’affaire Toufiq Bouachrine, directeur du quotidien Akhbar Al Youm, pour l’écouter après s’être cachée dans le coffre de la voiture du fils de l’avocat Mohamed Ziane dans la maison de l’ancien bâtonnier des barreaux de Rabat. En juin dernier, le procureur du roi auprès de la Cour d’appel de Rabat avait ordonné que des mesures de détention soient prises contre El Houari après s’être cachée chez l’avocat Mohamed Ziane pour ne pas répondre à la convocation de la Cour de Casablanca.
Joint par H24info, Mohammed Ziane a expliqué qu’il n’est pas au courant des raisons qui ont poussé la BNPJ à convoquer EL Houari. «J’ai appris, comme vous, la convocation d’Amal El Houari par le BNPJ de Rabat mais je n’ai pas toutes les données pour réagir sur le sujet», a-t-il déclaré. Cependant, l’avocat doute du fait que la convocation de sa cliente intervienne à cause de son refus d’assister et de venir témoigner devant la Cour d’appel de Casablanca, et pour s’être cachée dans sa maison.
«Si le parquet a engagé une procédure en la matière, mes fils et moi-même aurions dû être convoqués mais ce n’est pas le cas. Ensuite, légalement et selon la loi de la procédure pénale, le refus d’une convocation d’un tribunal est passible d’une amende et n’est pas pénal», lâche-t-il avant d’ajouter: «Je crois que le parquet est en train de nous faire un nouvel épisode comme celui d’Afaf El Bernani. Je crois qu’ils vont l’accuser de non dénonciation d’une calomnie. Et la calomnie dans ce cas-là est qu’elle aurait été violée par Bouachrine, mais on verra», conclut-il.