Diapo. 188 activistes du Hirak du Rif ont bénéficié de la grâce royale

Crédit DR

A l’occasion de l’Aïd Al Adha, le roi Mohammed VI a accordé sa grâce à 188 détenus du Hirak du Rif. 11 parmi eux sont incarcérés à Casablanca tandis que les autres sont répartis entre les prisons de Nador, AlHoceima et de Taza.
Parmi les 889 prisonniers graciés aujourd’hui par le roi Mohammed VI à l’occasion de l’Aïd Al Adha, on retrouve 188 détenus du Hirak du Rif. 11 personnes graciées purgeaient des peines de 2 à trois ans de prison à Casablanca après leur condamnation fin juin au terme du procès-fleuve des meneurs du mouvement de contestation sociale qui a agité la région du Rif (nord), en 2016-2017.Il s’agit de Mohamed El Mehdali, Mohamed Naimi, HAkimi Ahmed, Hezzat Ahmed, Fahim Ghettass, Mohamed Mekouh, Jaouad Belaali, Mohamed El Hani, Badr Akraf, Aziz Khali et Khalid El Baraka.
Joint par H24info, les avocats des détenus du Hirak ont affirmé avoir eu des confirmations sur la grâce accordée aux détenus du Hirak mais qu’ils attendaient toujours la sortie des détenus devant la prison d’Oukacha. «Il doivent sortir cette nuit car il est illégal de maintenir des prisonniers graciés dans une prison. La décision s’applique immédiatement», nous déclare Asmae EL Ouadie, une des avocates des détenus du Hirak.
Les autres grâces concernent des personnes condamnées en lien avec le Hirak du Rif, avec des sentences prononcées par les tribunaux de Nador (nord) et d’Al Hoceima (nord), selon leurs avocats sur place et qui ont bien voulu nous communiquer les listes dont ils disposent (voir diaporama).
La députée de l’USFP, Hanane Rihab fait état d’une libération de 184 détenus dans un message publié son compte facebook. Il s’agit d’un extrait d’un communiqué qu’elle a attribuée au ministre d’Etat des droits de l’homme, Mustapha Ramid. On peut y lire: » le roi a accordé sa grâce royale à 184 détenus du Hirak dont 173 jugés par la Cour d’Al Hoceima.

« Le roi du Maroc Mohammed VI a gracié un total de 188 personnes liées au mouvement de protestation Hirak condamnés fin juin, une grâce accordée à l’occasion de la fête religieuse de l’Aïd al-Adha, selon des sources au Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH) », rapporte pour sa part l’agence AFP dans une dépêche.
Les leaders du mouvement «Nasser Zefzafi, Rabie El Ablaq, Nabil Ahemjiq et Mohammed Jelloul, condamné à 20 ans de prison pour «atteinte à la sécurité de l’Etat» ne figurent pas parmi les personnes graciées. Tous les accusés du procès de Casablanca ont fait appel et l’audience d’appel est prévue en octobre.