Accusée par Bourita de complicité avec le Hezbollah, Alger dénonce des propos «irresponsables»

2305
AFP PHOTO / STRINGER

Alger a dénoncé dimanche les « propos irresponsables » de Rabat qui a de nouveau accusé l’Iran d’avoir aidé militairement, avec « l’appui » d’Alger, le Front Polisario, mouvement indépendantiste du Sahara.
Rabat a annoncé le 1e mai la rupture de ses relations diplomatiques avec l’Iran, l’accusant d’avoir livré, via son allié le Hezbollah libanais, des armes au Front Polisario, soutenu par l’Algérie, ce que l’ensemble des intéressés ont démenti.
Dans une interview à l’hebdomadaire Jeune Afrique parue dimanche, le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita a accusé Alger d’avoir « apporté couverture, soutien et appui opérationnel » à des rencontres dans la capitale algérienne entre responsables du Hezbollah et du Polisario.
« Au lieu de produire les preuves +irréfutables+ qu’il prétend détenir (…) le ministre marocain a choisi de poursuivre sur la voie de la mystification et de l’affabulation », a dénoncé dans un communiqué le porte-parole du ministère algérien des Affaires étrangères Abdelaziz Benali Chérif.
Lire aussi: Bourita: «Le dialogue avec l’Algérie est notre souhait le plus ardent»
« L’Algérie tient à exprimer sa ferme condamnation et son rejet total des propos irresponsables tenus à son encontre », a-t-il ajouté, fustigeant des « accusations infondées et injustifiées » et une « virulente campagne » du Maroc contre l’Algérie.
Le porte-parole a également « réprouvé avec fermeté les propos » de M. Bourita sur le rôle de l’Algérie au Sahel. Dans son interview, le ministre a implicitement accusé Alger d’être « un acteur de déstabilisation » dans la région.
« La communauté internationale, dans son ensemble, s’accorde à louer la contribution majeure » que l’Algérie « apporte à la stabilisation de la région », a souligné le porte-parole du ministère algérien.