Accusé de fraude au bac, un député PJDiste s’explique

7095

Un député du groupe du parti de la Justice et du Développement (PJD) a été surpris en train de tricher durant l’épreuve du bac. L’élu est sorti de son silence pour réfuter l’accusation de fraude.

La commission de contrôle des examens de la première année d’un lycée à Rabat a arrêté dans une salle d’examen, le député du parti de la Justice et du Développement (PJD), Nourredine Akachbil. L’élu a été surpris en possession de trois téléphones portables, ce qui est contraire aux règles régissant les épreuves du baccalauréat. L’élu de la commune de Ba Hmad près de Taounate s’est présenté en tant que candidat libre à l’épreuve du bac.

La commission de contrôle des examens a empêché le parlementaire de terminer les épreuves et procédé à la rédaction d’un procès-verbal qui sera transmis à l’académie régionale qui devra statuer sur le sujet et prononcer des sanctions contre l’élu PJD qui a quitté le PAM en 2015. Une loi, proposée par le PJD, pour lutter contre les fraudes et les tricheries au Bac a été adoptée et interdit l’accès au centre d’examen à toute personne portant un téléphone portable.

Lire aussi: Bac 2019: plus de 441.000 candidats aux examens au
titre de la session de juin

Pour sa défense, Nourredine Akachbil a expliqué qu’il ne savait pas qu’il était interdit d’avoir sur soi son portable durant les épreuves et qu’il n’a pas été surpris en pleine tricherie. « Je m’excuse pour cette erreur que j’ai commise par oubli et négligence et pour la position de suspicion dans laquelle j’ai placé ma formation politique », a-t-il ajouté.