Daech: 90 jihadistes marocains retranchés à Raqa

1018
Un combattant des Forces démocratiques syriennes marche devant un véhicule blindé dans un quartier de Raqa. AFP

Quelque 90 combattants d’origine marocaine figureraient parmi près de 300 jihadistes étrangers encore retranchés à Raqa, selon des informations des services de renseignement occidentaux.

La ville syrienne vit ses derniers jours sous le joug de Daech. Raqa est en effet contrôlée à 95% par les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants arabes et kurdes, qui y est entré en juin après des mois de combats acharnés.

Et selon de récentes informations des services de renseignement occidentaux, près de 300 jihadistes étrangers, dont entre 70 et 90 combattants marocains, seraient actuellement encerclés par les FDS, retranchés dans un stade et un hôpital du centre de Raqa.

Parmi eux figurerait un combattant marocain connu sous le surnom d’«Abou Abdelouadoud», l’un des lieutenants les plus dangereux de Daech, indique mardi le quotidien Al Ahdath.

D’autres sources médiatiques, notamment RFI, rapportent l’existence parmi ces djihadistes étrangers d’un français d’origine marocaine: Abdelilah Himich. Surnommé « Abdel le légionnaire » ou encore « Abu Soulayman al Faransi ». il est soupçonné par les Américains d’être le commanditaire des attentats de Paris et de Bruxelles.

Les rapports des services occidentaux révèlent, par ailleurs, que des dizaines d’autres disciples d’Abou Bakr Baghdadi de nationalités tunisienne, yéménite et saoudienne, entre autres, sont interdits de quitter Raqa. Et ce, après que Daech s’est écroulé face aux offensives soutenues par les Etats-Unis ou la Russie, trois ans après la fulgurante ascension du « califat » autoproclamé en 2014.

Interrogée dimanche sur le sort des jjihadistes étrangers de Raqa, la ministre française de la Défense, Florence Parly, a évoqué la volonté de Paris d’«aller au bout de ce combat»: «Si des jihadistes périssent dans ces combats, je dirais que c’est tant mieux», a-t-elle ajouté.