5 choses à savoir sur la carte d’identité nationale électronique

3329

La Commission de l’intérieur, des collectivités territoriales et des infrastructures à la Chambre des conseillers a adopté, mardi, le projet de loi 04.20 relative à la Carte d’identité nationale électronique (CINE), lors d’une réunion tenue en présence du ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit. Quels changements par rapport à la CIN classique ?

 

  • Le texte vise à mettre en place une nouvelle génération de cartes d’identité nationales électroniques répondant aux normes de sécurité avancées et garantissant la protection des citoyens. Elles seront développées de manière à réduire les cas de fraude et d’usurpation d’identité, tout en intégrant de nouvelles fonctionnalités.

 

  • La CINE constituera un « pont rapide et sûr » vers les services numériques. Elle garantira ainsi aux citoyens la possibilité d’un accès sûr aux services numériques des établissements publics et privés, tout en assurant la protection leurs données à caractère personnel.

 

  • La réduction de 18 à 16 ans de l’âge obligatoire d’obtention de la CINE, et la possibilité de l’octroyer aux mineurs, sur demande de leurs représentants légaux, avec obligation de renouvellement à l’âge de 12 ans, pour l’enregistrement des empreintes.

 

  • Le remplacement du code barre de la carte actuelle par une zone de lecture automatique et la création d’un code à barres imprimé sur le verso de la carte. Ces deux éléments permettent d’accéder à la version enregistrée dans la puce électronique, comprenant les informations disponibles sur le recto et le verso de la CINE afin de mieux faciliter l’automatisation.

 

  • La possibilité d’enregistrement d’informations supplémentaires facultatives à la demande du titulaire de la carte, au niveau de la puce électronique, telles que l’adresse e-mail, le numéro de téléphone ou encore le nom et les coordonnées d’une personne à contacter en cas d’urgence.

 

Les cartes actuelles restent valable jusqu’à leur date de validité mentionnée et les citoyens ne sont pas appelés à les changer, à moins qu’ils souhaitent bénéficier des nouveaux services qu’elles offrent.