16 ans après la réforme de la Moudawana, le mariage de mineurs en constante évolution

©DR

Phénomène encore répondu, il serait également en constante évolution. Les mariages de mineurs ont augmenté au cours des douze dernières années au Maroc, révèle, ce lundi, le Conseil économique, social et environnemental (CESE).

Au Maroc, 32 104 mariages, unissant au moins un mineur au sein du couple, ont été célébrés en 2018, contre 30 312 en 2006, révèle le CESE au cours d’une conférence autour des mariages des mineurs. Une hausse considérable, bien que le code de la famille, ou Moudawana, ait été revue en 2004.

Ces modifications au niveau de la Moudawana prévoient l’âge légal pour le mariage à 18 ans, bien que des exceptions soient comprises dans les textes de loi. Ces exceptions permettent à plus de 30 000 filles en moyenne d’être mariées chaque année,  alors qu’elles sont encore mineures. Ces cas exceptionnels sont étudiés par les juges qui ont donné leur feu vert dans 85% de demandes entre 2011 et 2018, rapporte l’agence espagnole de presse EFE.

Les intervenants ont également souligné la nécessité de mener des campagnes de sensibilisation dans les régions où ce phénomène est le plus répondu. Bien que les zones rurales soient les plus touchées, la zone urbaine n’est pas en reste, célébrant 44% de ces mariages.

Par ailleurs, les intervenants ont également souligné qu’il s’agit d’un phénomène global, qui touche que chaque année 12 millions de filles dans le monde et qu’environ 21% de femmes mariées dans le monde se sont mariées avant leur majorité.