Les 15 points de la Déclaration de Laâyoune

7762
Crédit: DR.

Les différentes instances politiques, institutions représentatives et forces vives de la société ont rendu visite à la ville de Laâyoune afin d’y signer une déclaration les engageants à défendre la cause nationale.

Dans le but de «défendre l’unité du pays et son intégrité territoriale, de faire face à toutes les manœuvres, de quelque nature ou origine qu’elles soient, visant à porter atteinte à la souveraineté du Maroc», les partis politiques marocains ont signé la Déclaration de Laâyoune. Toutes les composantes politiques représentées au parlement l’ont signé, exprimant leur refus de toute tentative visant à modifier le statuquo dans la zone tampon au lendemain de l’incursion des membres du Polisario dans cette région. Cette déclaration a été détaillé dans quinze points :

1.       Les partis politiques condamnent et rejettent les manœuvres du Polisario visant à établir une nouvelle réalité en entamant la tentative de transfert de certains de ses éléments civiles et militaires de Lahmada en Algérie vers la zone tampon.

2.       Les partis saluent les démarches entreprises par le roi pour la défense de l’intégrité territoriale du pays tout en le félicitant du contenu de son message adressé au secrétaire général de l’ONU.

3.       Les instances politiques louent l’unanimité nationale face à ces provocations. Une unanimité qui traduit la conscience du peuple marocain déterminé à déjouer toute manœuvre de nature à altérer le statut actuel et historique de ces régions.

4.       Ils attirent l’attention de l’ONU sur la nécessité de ne pas prendre à la légère ces agissements provocateurs et de réagir avec la responsabilité exigée pour préserver la sécurité et la stabilité dans la région. Ils appellent par la même occasion la MINURSO, et à travers elle la communauté internationale, à prendre des mesures fermes, rigoureuses et dissuasives pour obliger le Polisario à se retirer de cette partie.

5.       Ils réitèrent leur attachement à une solution pacifique, politique, durable et consensuelle sous l’égide de l’ONU en tant que seule entité habilitée à chercher une solution.

6.       Les partis politiques marocains considèrent que la seule option pour résoudre ce conflit artificiel est l’autonomie sous souveraineté marocaine telle qu’elle a été proposée par le Maroc comme cadre de négociation et qui a été qualifiée par la communauté internationale comme étant une solution sérieuse et crédible.

7.       Ils exhortent la communauté internationale à œuvrer pour mettre fin aux souffrances des séquestrés dans les camps de Lahmada et à faire pression sur l’Algérie et le polisario pour permettre au HCR de les recenser selon les standards internationaux.

8.       Ils saluent l’amour de la patrie dont ont fait preuve les habitants, les chioukhs et les tribus de ces provinces et leur contribution positive et active au processus politique démocratique et de développement du pays. Ces derniers se félicitent également du rôle positif que jouent la société civile et les organisations des droits de l’homme de ces provinces dans le développement social et la défense de notre intégrité territoriale à l’intérieur comme à l’extérieur du pays.

9.       La classe politique exprime sa fierté de l’essor de développement multidimensionnel de ces provinces promises à davantage de progrès grâce à leur nouveau plan de développement lancé par le roi.

10.    Les partis politiques mettent l’accent sur la nécessité d’accorder la priorité aux provinces du Sud dans la mise en œuvre de la régionalisation avancée et son accélération en perspective de consacrer l’autonomie dans ces provinces.

11.   Les partis politiques soulignent l’impératif de la conjugaison des efforts diplomatiques, officielle et populaire représentée par les partis politiques, le Parlement, les syndicats, les acteurs de la société civile et les hommes d’affaires, pour intensifier la cadence de la coordination et diversifier les mécanismes de communication avec les institutions similaires et les parties influentes dans la prise de décisions, notamment en Europe, aux Etats-Unis, en Asie et en Afrique.

12.    Les partis renouvellent leur détermination à exploiter les relations de leurs partis avec leurs homologues au niveau des pays frères et amis dans l’objectif d’œuvrer à la création de groupes d’influence et de lobbying en vue d’adopter et appuyer la position de notre pays et contrecarrer les thèses des adversaires.

13.    Ils réitèrent  leur dénonciation de l’entêtement du régime algérien qui persiste à inventer des arguments et des prétextes pour perpétuer cette tension artificielle et à mobiliser toutes ses énergies afin nuire à notre pays aux échelles régionale, continentale et internationale. Les partis appellent « nos frères algériens» à dépasser les obstacles du passé et se remémorer les étapes rayonnantes de notre lutte commune, loin des résidus de la guerre froide.

14.    Ils appellent à renforcer davantage le front intérieur, aux niveaux démocratique, social et de développemental, et à fédérer les efforts de tous les acteurs et composantes de notre société en vue de maintenir la mobilisation et la vigilance.

15.    Les partis s’engageront à mettre en place un front politique en vue de défendre notre intégrité territoriale conformément à l’esprit et du Serment de la glorieuse Marche verte.