140 détenus seraient morts en prison en 2018

c. DR

L’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH) a révélé que le nombre de personnes décédées dans les prisons marocaines avait atteint les 140 personnes en 2018. La question de l’encombrement des prisons est remise sur le tapis.

Selon la parution du mercredi 23 janvier du quotidien Al Massae, l’AMDH a fait part de son inquiétude quant à l’état des prisons qui souffrent notamment d’encombrement avec environ 82.989 personnes détenues. Une situation qui se répercute sur la santé des prisonniers et qui pourrait être expliquée par l’augmentation du nombre des détenus à titre provisoire, qui représentent aujourd’hui 41.5% de l’ensemble de la population carcérale au Maroc.

Al Massae précise également que l’AMDH a observé plusieurs agissements contraires à la dignité des détenus et non conformes à la loi 23/98 relative à l’organisation et au fonctionnement des établissements pénitentiaires. Ce qui pousse plusieurs détenus à entamer des grèves de la faim pour protester contre cette atteinte à leurs droits. Ce qui nuit gravement à leur santé.

Le ministre de la Justice, Mohamed Aujjar avait précédemment déclaré que son département  s’attelait à développer des mesures alternatives à la détention préventive et aux peines privatives de liberté. Ainsi, souligne-t-il, ce projet considère la détention préventive comme mesure exceptionnelle dont le recours n’est possible qu’une fois les autres alternatives demeurent inapplicables ou si la comparution en état de liberté risque d’influencer le cours du procès.