Seat: quand esprit latin et rigueur germanique font des étincelles

à 15:29

Dans le giron de Volkswagen depuis 1986, la marque espagnole Seat signe l’une des meilleures croissances du marché européen depuis le début de l'année. Sa recette: une marque dynamique et de la technologie à un tarif accessible.

Seat, filiale espagnole de Volkswagen depuis 1986, a renoué en 2016 avec les profits, après quelque dix années de vaches maigres. Et 2017 se présente aussi sous de meilleurs auspices. De bons résultats financiers obtenus en grande partie à la bonne tenue des ventes de sa berline compacte Leon, mais aussi à son SUV compact l’Ateca et sa dynamique citadine l’Ibiza.

Ces trois modèles phares au succès planétaire -la marque étant présente dans plus de 80 pays-, ont ainsi permis à Seat de voir ses ventes croitre de 20 % cette année.

En améliorant sa gamme, sa rentabilité et ses volumes de ventes, Seat a passé un cap important. Un succès dont le mérite revient d’abord à l’Italien Luca De Meo qui dirige l’entreprise depuis 2015. Le père de la Fiat 500, ancien directeur marketing d'Audi, a permis à l’entreprise de retrouver sa compétitivité grâce à une réduction des coûts et des bonds qualitatifs des modèles.

Au départ, la recette de Luca De Meo est simple: élargir la gamme en combinant l’esprit italien à la technologie allemande. Son credo: ne pas "copier les autres marques" mais proposer "une marque simple, souriante et dynamique". Pour cela, la marque ibérique dispose d’un atout non négligeable puisqu’elle bénéficie de l’expertise et de la technologie de la maison-mère mais aussi de son réseau pour écouler ses modèles en dehors de ses frontières.

Pour répondre à la demande, l'usine Seat de Martorell, près de Barcelone, a dû revoir les méthodes de travail de ses 10.000 salariés pour une meilleure productivité. Résultat: depuis le début de l'année, la marque espagnole fait la course en tête en Europe et en France et progresse même plus que Renault, Peugeot ou Citroën. Ses modèles phares l'Ateca, la Leon et l’Ibiza cartonnent aujourd’hui. Même au sein de la galaxie Volkswagen, sa croissance est, là aussi, supérieure à celles de VW, Porsche, Audi, Bentley ou Skoda. Un redressement spectaculaire qui fait espérer au constructeur une année historique.

Et les projets ne manquent pas puisque Seat compte passer à la vitesse supérieure en lançant deux SUV: l'Arona, un modèle citadin et un Ateca de 7 places.

Des comptes qui ont le sourire, une gamme renouvelée et une identité affirmée: tout va bien pour la marque ibérique.