Noury Saladin (Sofitel Tamuda Bay Beach & Spa) : « Notre objectif premier est d’assurer la sécurité et la sérénité de nos clients »

425

Noury Saladin est Directeur Général du Sofitel Tamuda Bay Beach & Spa, devenu en quelques saisons, l’adresse incontournable de la côte méditerranéenne. Vice-Président du Centre Régional du Tourisme pour la Région Nord, il a aussi pour mission de faire rayonner la région auprès des visiteurs. Aujourd’hui, il nous livre un bilan positif de la saison estivale qui s’achève. Entretien.

H24 Info : Comment s’est déroulée la saison estivale ? Quel bilan pouvez-vous en faire ?
Noury Saladin : Le bilan de la saison est assez mitigé, mais on peut dire qu’il est satisfaisant compte tenu de la crise que nous subissons depuis le début de l’année. Dès la fin juillet, notre taux d’occupation était de 100% et nous étions complets tous les jours jusqu’à très récemment. Notre établissement, contrairement à d’autres, n’a pas fermé durant la période du confinement, et nous avions quelques clients qui s’étaient retrouvés bloqués à l’hôtel. Il fallait donc continuer d’assurer leur hospitalité. Et puis, nous avons la chance d’avoir une clientèle très fidèle au Sofitel Tamuda Bay. Des personnes qui viennent chaque année, plusieurs fois dans l’année.
Mais quoi qu’il en soit, on ne peut pas la comparer aux saisons précédentes. La reprise a été timide fin juin et il a fallu attendre fin juillet et août pour avoir une belle affluence.

La saison a bien évidemment été marquée par la lourdeur des protocoles sanitaires et mesure d’hygiène. Chez ACCOR, nous avons déployé un label #ALLSAFE pour garantir une sécurité sanitaire à nos collaborateurs, nos clients, mais également nos partenaires et tiers. Il faut savoir que tous ces protocoles sont extrêmement lourds, notamment en cuisine et restauration. Ces mesures d’hygiène et de prévention élevées représentent nos nouvelles normes de propreté et de prévention et garantissent que ces normes sont respectées dans tous les univers de l’hôtel.

Est-ce que cette saison a permis de rattraper une avant-saison inexistante ?
Le sujet n’était pas tant de rattraper l’avant-saison, car on savait que cela était impossible. Notre objectif et notre priorité étaient d’assurer à notre clientèle une prestation hôtelière sécurisante au maximum tout en garantissant un séjour des plus agréables, avec un minimum de contraintes. Pour nous, cela est antinomique avec notre politique hôtelière qui se veut proche de nos hôtes. La distanciation sociale, le port du masque sont autant de freins à cette atmosphère chaleureuse, conviviale que nous revendiquons au Sofitel Tamuda Bay Beach & Spa. Donc, notre objectif premier n’était pas temps de rattraper la saison, mais qu’elle se déroule dans la sérénité et la sécurité pour nos clients.

Et comment s’annonce l’arrière-saison? Comment allez-vous la prolonger?
L’arrière-saison a démarré déjà et court généralement jusqu’à fin octobre. Habituellement, nous avons une clientèle plutôt «business», avec tout ce qui est Meetings et Incentive, etc. Cette année, nous allons devoir faire sans et pour cela nous avons commencé à mettre en place des offres notamment «Endless Summer» en demi-pension. Le comportement des clients a changé, on est vraiment sur du «last-minute».

Le gouvernement marocain a annoncé récemment l’ouverture des frontières aux touristes. Une nouvelle qui doit soulager les hôteliers ? Comment allez-vous attirer ces voyageurs durant la basse saison ?
On s’en réjouit c’est certain, pour nous c’est le signal d’une reprise de notre activité. Mais ouverture des frontières ne veut pas dire affluence. On l’a bien vu avec les pays voisins, en Italie, en Grèce ou en Espagne où la reprise a tout de même été pénible, et le sera pour nous également. Il y a dorénavant beaucoup de contraintes liées notamment à l’obligation de se faire dépister. C’est une formalité administrative supplémentaire et qui a un certain coût. Et puis, il y a une méfiance également. Donc, on ne s’attend pas à des miracles mais on s’en réjouit.

De notre côté, et plus que jamais, on continue de communiquer auprès de nos prescripteurs. Les médias évidemment, et en particulier par le biais du digital mais aussi auprès des tours opérateurs, agences de voyages. Il faut rester dans l’esprit des gens pour être présent le jour de la reprise.

 

Pensez-vous que la pandémie qui nous touche actuellement va changer notre manière de voyager ? Le métier d’hôtelier va-t-il changer profondément ? En tout cas s’adapter
Oui et il est déjà en train de se modifier. À commencer par la politique de réservation. Jusqu’à cet été, nous étions dans une politique de yield management avec des offres plus ou moins flexibles. Aujourd’hui, les offres non annulables et non remboursables ne font quasiment plus partie de notre vocabulaire. On se doit d’être le plus flexible possible pour inciter les voyageurs à réserver leur séjour.

La digitalisation de l’expérience client fait également partie des grands changements. Aujourd’hui, toutes les cartes, menus, brochures et dépliants ont été supprimés pour être remplacés par des QR Code. Le check-in, les fiches de renseignements et autres formalités sont désormais digitalisés. Nous proposons même de remplir la fiche de police en ligne avant l’arrivée. Idem dans notre façon de communiquer. On communique désormais sur le digital, les médias web et les réseaux sociaux.

Enfin, la distanciation sociale nous pousse également à repenser nos espaces. Et ce n’est pas tout, nous devons également assurer la sécurité sanitaire de nos hôtes sans pour autant leur faire ressentir ce nouveau protocole durant leur séjour.

Pour retrouver les offres Sofitel Tamuda Bay Beach & Spa : www.sofitel.accor.com