Pays-Bas: deux frères terroristes déchus de leur nationalité néerlandaise

385

Le ministre néerlandais de la Justice et de la Sécurité a décidé de retirer la nationalité néerlandaise à deux frères condamnés pour crime terroriste et se trouvant actuellement aux Pays-Bas, ont annoncé samedi un porte-parole et la presse.

D’après le quotidien populaire De Telegraaf, les « terreurbroers » (frères terroristes) se trouvent actuellement dans la région de la ville portuaire de Rotterdam (ouest) où ils circulent encore librement.

« Aux gens qui sont un danger pour la sécurité nationale, nous devons tout simplement retirer » la nationalité néerlandaise, a déclaré le ministre Ferdinand Grapperhaus, cité par le journal.

Le ministère refuse de dévoiler tout élément d’identification concernant les deux individus mais affirme qu’une condition de la loi de 2010 sur laquelle il se fonde « est qu’ils doivent être condamnés par un tribunal néerlandais pour des crimes liés au terrorisme », a expliqué à l’AFP le porte-parole Lodewijk Hekking.

Les deux frères, qui ont une autre nationalité, ont désormais un délai de quatre semaines pour contester cette mesure en justice, a précisé M. Hekking. Si « le juge est d’accord » avec la décision du ministre, la déchéance de nationalité sera alors effective et ils devront « quitter les Pays-Bas », voire l’espace Schengen, selon leur autre nationalité.

En accord avec les traités internationaux, il n’est pas possible de déchoir quelqu’un de sa nationalité s’il n’est que néerlandais, car cela le rendrait apatride.

Le nombre total des terroristes qui ont perdu leur nationalité néerlandaise s’élève maintenant à sept, selon l’agence de presse ANP.

En septembre, les Pays-Bas avaient déjà déchu de la nationalité néerlandaise quatre jihadistes qui avaient rejoint une organisation terroriste dans une zone de conflit et dont la localisation était inconnue, les déclarant comme étrangers indésirables.

Les autorités avaient alors invoqué une autre et nouvelle loi votée au début de l’année qui confère au gouvernement le pouvoir de retirer la nationalité néerlandaise à des jihadistes binationaux même s’ils n’ont pas été condamnés pour terrorisme.

La proposition de loi avait créé la polémique parmi les députés, certains des partis de gauche assurant que l’idée allait, au contraire, alimenter la radicalisation en empêchant les jihadistes repentis de rentrer aux Pays-Bas.

Selon l’agence antiterroriste néerlandaise, au moins 280 personnes, dont un tiers de femmes, ont quitté les Pays-Bas pour se battre en Irak et en Syrie.

En mai, 45 de ces personnes étaient rentrées, 45 ont été tuées et 190 seraient encore au Moyen-Orient.