Comment Google compte faire la guerre au terrorisme en ligne

38

Le géant technologique a mis en place une stratégie basée sur quatre points pour contrer la propagation du terrorisme en ligne.

Google va mener la guerre à l’extrémisme en ligne, que ce soit au niveau de son moteur de recherche ou sur la plateforme de diffusion de vidéos, YouTube. La compagnie a déjà œuvré par le passé dans ce sens en mettant en place un système d’identification de contenu à caractère haineux afin d’en empêcher la diffusion et la rediffusion, mais aussi en s’associant à des agences et des experts de la lutte contre le terrorisme.

La société va entreprendre le déploiement d’un plan sur quatre phases pour poursuivre son action dans ce sens. La première consiste à renforcer l’usage des technologies d’identification à travers l’intelligence artificielle et le «machine learning» (apprentissage automatique des machines). Cela représente un certain challenge dans la mesure où une grande part du contenu vidéo diffusé est à caractère informatif et peut très bien être catégorisée comme étant de la propagande terroriste. Google va ainsi déployer plus de ressources à développer le machine learning afin qu’il soit plus efficace dans l’identification des contenus à retirer.

La seconde phase consiste à amplifier le nombre d’experts indépendants avec lesquels YouTube opère dans le cadre du programme «Trusted Flagger», qui a pour objectif de signaler les contenus qui vont à l’encontre des dispositions fixées par la plateforme. Il est certain que les machines peuvent détecter un bon nombre de contenus, mais l’expertise humaine doit toujours être présente afin de faire le point entre ce qui est acceptable ou non. Ainsi, 50 organisations non gouvernementales (ONG) vont être rajoutées aux 63 déjà présentes au sein du programme. Elles auront pour but d’apporter leur expertise pour ce qui est de l’identification des discours haineux et de l’apologie au terrorisme.

La troisième phase consiste à démonétiser les vidéos faisant la promotion d’un discours religieux extrémiste. De plus, les commentaires et les opportunités de sponsoring leur seront bloqués. La finalité derrière cette décision est de limiter les interactions avec ce type de contenu et de le rendre difficile à trouver.

La quatrième et dernière phase concerne l’implantation du «Redirect Method», qui est une approche dont l’objectif est de collecter la puissance des annonces et publications ciblées afin d’atteindre des recrues potentielles de Daech pour les rediriger vers un contenu antiterroriste qui peut changer leur recrutement potentiel. Ce système s’est avéré quelque part efficace par le passé avec plus d’un demi-million de minutes de vues sur un contenu exposant la réalité des messages de recrutement en ligne.