Ces deux Marocains parcourent 12000 km à bord d'un tricycle solaire

215
Crédit photo : greennews.ma

Parcourir 12.000 Km à bord d’un tricycle solaire en moins de 100 jours. Voici le pari fou que se sont lancés les deux Tangérois Youssef El Haouass et Mohamed Said Jbari qui participent au rallye des vélos solaires Sun Trip reliant Lyon à Guangzhou en Chine.
Le 8 juin, Youssef El Haouass, technicien supérieur spécialisé en génie mécanique et Mohamed Said Jbari, sportif qui pratique le Basket sur chaise roulante , partent pour l’aventure. Les deux voyageurs font leur départ depuis la mausolée d’Ibn Battouta pour aller rejoindre les 42 autres concurrents à Lyon. Le choix du lieu de départ n’est pas un fruit du hasard, les deux aventuriers admirent le célèbre voyageur ils ont même décidé de baptiser leur tricycle « Ibn Battouta » pour lui rendre hommage.
Lire aussi: Vidéo. Adil Boudraa, le globe-trotter qui parcourt le monde à vélo
Un voyage semé d’embuches
Aujourd’hui, Mohamed Said Jbari et Youssef El Haouass se trouvent au Kazakhstan après avoir parcouru  plus de 4000 kms et traversé 6 pays. Les aventuriers ont néanmoins déclaré aux journalistes de l’Economiste que le voyage était loin d’être un jeu d’enfant.
« Cette année, il manquait énormément de soleil nécessaire pour faire fonctionner notre vélo. Mais le plus difficile était l’ascension du col saint Bernard aux Alpes au niveau de la frontière suisso-italienne »,  peut-on lire sur la parution du mardi 7 août du quotidien.
Mohamed Said Jbari et Youssef El Haouass devront par la suite affronter le désert de Gobi et celui de Taklakaman  puis s’adapter au climat subtropical chaud et humide de la province du Guangdong. Le parcours total qu’ils devraient traverser est de 12.000 kms.
Un tricycle conçu par Youssef El Houass lui même
Le tricycle « Ibn Battouta » est un biplace de 3.2 mètres de longueur sur 99 cm de largeur. Son toit est constitué de panneaux solaires d’une capacité de 540 W et animé par deux moteurs électriques de 500 W chacun. Il a été conçu par Youssef El Houass et a été financé par ses propres fonds et avec l’aide de ses amis. Ce dernier a obtenu par la suite le sponsoring de Masen et de l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (Iresen).
« En plus du challenge technique, nous voulons démontrer que toute personne motivée est capable de réaliser des prouesses », explique El Houass.
Youssef El Houass rappelle également aux journalistes de l’Économiste le défi que représente ce voyage pour Mohamed Said qui est en chaise roulante.
« La participation de Mohamed Said à ce challenge est un message pour montrer qu’avec un peu d’aide, le handicap physique n’est pas une frontière pour réaliser l’impossible », confie-t-il fièrement.