Une Saoudienne célèbre son droit de conduire au volant d’une F1

C’est officiel, les Saoudiennes peuvent enfin conduire dans leur pays. Le dernier Etat au monde à autoriser les femmes à conduire a levé, dimanche à minuit, cet interdit. Fières et émues, les femmes ont été nombreuses à passer derrière le volant pour profiter de leurs nouveaux droits. Parmi ces femmes, Aseel Al-Hamad, la première femme membre de la fédération saoudienne de sport automobile a été invitée par Renault à célébrer cette avancée pour les femmes au volant de l’une de ses Formule 1.
 

Aseel Al-Hamad ou l’art de célébrer le droit de conduire

 
Responsable de la section des voitures de sport à Rose Auto Magazine (premier magazine automobile pour les femmes au Moyen-Orient), et première femme membre de la fédération saoudienne de sport motorisé, Aseel Al-Hamad a été invitée par Jaguar à tourner une vidéo dans laquelle elle conduit pour la première fois, en toute légalité, dans son pays natal. La vidéo postée dimanche a marqué ce jour historique pour la gente féminine en Arabie Saoudite. Plus tard dans la journée, cette conductrice chevronnée était au volant d’une Formule 1 pour célébrer une fois de plus cette nouvelle loi.

De voiture de sport à Formule 1

 


La jeune femme a pu piloter ce dimanche l’E20 de Kimi Räikönnen (ancien champion du monde du Renault Sport F1 Team) quelque peu avant le départ du Grand Prix de France organisé sur le circuit de Castellet. La pilote s’était essayée à la conduite de ce bolide au début du mois de juin lors d’une séance d’entrainement.
 
«Avant, j’avais piloté une GT. Je viens de conduire une Formule 1, je ne peux pas décrire toutes mes émotions, c’était parfait, magique ! Sans tête-à-queue. Je vais mettre du temps à réaliser. Les femmes sont les meilleures conductrices non ? Je suis très fière, de représenter les femmes de mon pays et l’Arabie Saoudite. Et j’ai vraiment adoré le fait de rouler avec du monde autour de moi. J’aime la France», a déclaré la pilote automobile fière et émue au Dauphiné Libéré avant de s’interroger: «Les femmes sont les meilleurs conductrices, non?».


Cette levée de l’interdiction de conduire a été ordonnée en septembre 2017 par le roi Salman. Cette loi s’inscrit dans le cadre des réformes engagées par le prince héritier Mohammed Bin Salman afin de transformer l’économie du pays exportateur de pétrole. Les femmes peuvent désormais conduire, se rendre dans des stades ou encore aller au cinéma.