Les acquisitions d’armes du Maroc auprès d’Israël en chute libre

Publié le
vente d'armes
vente d'armes

Les ventes d’armes de Tel-Aviv vers les «pays des Accords d’Abraham», y compris le Maroc, ont chuté en 2023, apprend-on des données du ministère de la Défense israélien révélées par le journal en ligne Times Of Israël.

Après l’euphorie des contrats d’armements entre le Maroc et Israël ayant suivi la conclusion de l’accord tripartite Maroc-USA-Israël en décembre 2020, les achats d’armes du Maroc auprès de l’Etat hébreu ont fortement diminué l’an dernier.

En effet, les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Maroc, qui ont rétablis leurs relations avec Israël en 2020 dans le cadre des Accords d’Abraham, n’ont représenté que 3 % des achats d’armements, marquant une chute significative par rapport à 24 % en 2022.

Le Maroc, qui avait acquis le système de défense aérienne et anti-missile israélien « Barak MX » en 2023 et envisageait l’achat de chars israéliens Merkava, semble désormais se tourner vers d’autres fournisseurs après les camouflets subis par les armements israéliens lors de l’offensive israélienne contre les Brigades Al Qassam, la branche armée du Hamas palestinien depuis plus de huit mois.

Cette baisse survient à contre-courant alors que les ventes d’armes israéliennes enregistrent un record pour la troisième année consécutive, atteignant 13 milliards de dollars en 2023.

Dans ce sillage, le ministère de la Défense a affirmé que ces exportations massives se produisent alors que les industries continuent de soutenir l’effort de guerre israélien, précisant que les systèmes de défense aérienne représentent 36 % des ventes, contre 19 % en 2022.

Les ventes annuelles d’armes israéliennes ont établi un nouveau record en 2023 pour la troisième année consécutive, atteignant près du double de la valeur des exportations par rapport à il y a cinq ans, selon les chiffres publiés par le ministère de la Défense lundi 17 juin.

La Direction de la coopération internationale en matière de défense du ministère, connue sous le nom de SIBAT, a déclaré que cette performance inédite intervient après celle de 12,5 milliards de dollars en 2022 (le record précédent). Entre 2018 et 2020, ce chiffre oscillait entre 7,5 et 8,5 milliards de dollars.

Avec le début de l’offensive dans la bande de Gaza après l’attaque du 7 octobre, le ministère de la Défense a déclaré qu’il fonctionnait en mode d’urgence, avec des sous-traitants de la défense mobilisés pour produire 24 heures sur 24 des armes et des équipements pour les Forces de défense israéliennes, tout en honorant les commandes pour les clients étrangers existants, rappelle Times Of Israël.

Lire aussi: Défense: un magazine espagnol décortique le renforcement des capacités des FAR

«Malgré la guerre, l’année 2023 a établi un nouveau record et a été marquée par d’importants accords d’exportation», a indiqué le ministère.

Dans le détail, il a indiqué que les systèmes de défense aérienne représentaient la plus grande part des exportations, soit 36 %, contre 19 % en 2022, en grande partie grâce à la vente par Israël du système de missile anti-balistique Arrow 3 à l’Allemagne pour 4 milliards d’euros.

Les exportations de radars et de systèmes de guerre électronique représentaient 11 % des ventes d’armes, et les lanceurs d’armes ajoutaient 11 % supplémentaires.

La rédaction vous conseille

Les titres du matinNewsletter

Tous les jours

Recevez chaque matin, l'actualité du jour : politique, international, société...

Les acquisitions d’armes du Maroc auprès d’Israël en chute libre

S'ABONNER
Partager
S'abonner