Une région de Russie dépiste des rongeurs après des cas de peste en Mongolie

116
DR.

Les services sanitaires russes ont annoncé mercredi avoir lancé une campagne de dépistage de la peste bubonique auprès de rongeurs en Bouriatie, région frontalière de la Mongolie où des cas ont été confirmés récemment.

« Des populations de rongeurs sont testées dans les zones frontalières de la Mongolie pour détecter la présence de la bactérie de la peste », a indiqué le département bouriate de l’agence sanitaire russe Rospotrebnadzor, sur son site officiel.

Jusqu’ici, « les résultats des tests sérologiques, bactériologiques et PCR (tests par réaction de polymérisation en chaîne) effectués en 2020 pour détecter une éventuelle présence de l’antigène de la peste, ont été négatifs », a-t-il ajouté.

L’agence sanitaire recommande cependant aux agences touristiques « d’informer » les voyageurs sur les risques liés à la peste.

 

Lire aussi: Russie: le nombre de cas confirmés de coronavirus passe les 200.000

 

Du fait de la fermeture des frontières à cause de l’épidémie de nouveau coronavirus, les risques de propagation de la peste bubonique proviennent surtout de possibles foyers épizootiques russes en Altaï, dans la région du Baïkal ou dans la république sibérienne de Touva, selon l’agence.

Mais la maladie pourrait aussi être importée par des rongeurs provenant de Chine ou de Mongolie voisine.

Les autorités russes ont aussi appelé cette semaine à ne plus chasser et consommer de marmotte après la découverte de cas de peste bubonique dans ces deux pays voisins.

Deux cas de peste bubonique ont été confirmés la semaine dernière dans la province mongole de Khovd, impliquant des frères qui avaient mangé de la viande de marmotte.

Un troisième cas suspect en Mongolie impliquant un adolescent de 15 ans a été signalé lundi.

Dans le nord de la Chine, les autorités de la ville de Bayannur, située en Mongolie intérieure, ont découvert un cas de peste bubonique chez un berger ce week-end.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait indiqué mardi suivre de près les cas de peste bubonique en Chine, soulignant que la situation ne présentait pas une menace élevée et était « bien gérée ».