Trump veut lutter contre le « tourisme de maternité »

L’administration de Donald Trump va limiter les visas octroyés aux femmes enceintes soupçonnées de vouloir se rendre aux Etats-Unis pour que leur enfant y bénéficie automatiquement de la nationalité américaine à la naissance.

« A compter du 24 janvier 2020, le département d’Etat ne délivrera plus de visas de visite temporaire aux étrangers qui veulent entrer aux Etats-Unis pour du tourisme de maternité », afin de tirer avantage du droit du sol américain, a annoncé jeudi la Maison Blanche dans un communiqué.

Les nouvelles règles visent clairement les femmes qui « se rendent aux Etats-Unis pour que, en donnant naissance sur le sol américain, leur enfant obtienne automatiquement et de manière permanente la nationalité américaine », a-t-elle expliqué.

« Ce changement réglementaire est nécessaire pour renforcer la sécurité », « le système d’immigration » des Etats-Unis et « l’intégrité de la citoyenneté américaine », a ajouté la présidence. Elle estime que cette « industrie du tourisme de maternité » menace d’être une « surcharge » pour les hôpitaux du pays, sans compter qu’elle « alimente les activités criminelles ».

Droit du sol extensif

« Mettre fin à ces failles flagrantes » du système américain « va permettre de combattre ces abus endémiques et en fin de compte protéger les Etats-Unis », a insisté la Maison Blanche, assurant vouloir aussi défendre l’argent des « contribuables américains ».

Le droit du sol est très extensif aux Etats-Unis: il suffit de naître dans le pays pour bénéficier automatiquement de la nationalité américaine.

Le milliardaire républicain a fait de la lutte contre l’immigration une de ses priorités et a ouvertement menacé, par le passé, de s’attaquer au droit du sol.