Modèle de développement: deadline, bénévolat, plateforme digitale… ce qu’il faut retenir des annonces de Benmoussa

DR.

A peine investi dans sa mission, le président de la Commission spéciale chargée du nouveau modèle de développement, Chakib Benmoussa n’a plus de temps à perdre. Il vient de définir le tempo et exposer sa démarche, les contours de sa mission, les attributions et la date butoir du livrable. Les détails.

S’exprimant dimanche, Chakib Benmoussa a révélé que ses «instrumentalistes», à savoir les membres de sa commission dont il est chargé de coordonner le «jeu», devront rendre leur copie en juin 2020, date butoir pour rendre le rapport au roi Mohammed VI, indique le quotidien Assabah dans son édition du mardi 10 décembre.

Benmoussa a indiqué, selon la même source, que les noms des membres de sa commission vont être dévoilés dans les jours à venir et qu’ils sont tous des bénévoles et ne vont recevoir aucune indemnisation pour le travail qu’ils vont accomplir.

Il a affirmé que le roi a défini clairement les caractéristiques des profils de ces derniers, et à leur tête, la compétence en ce qui concerne le traitement des questions de développement. Et ce, afin qu’ils puissent enrichir cette commission consultative qui a une vocation de complémentarité et de diversité.

A l’écoute des réseaux sociaux

Ceci étant, il a expliqué que le nombre de membres devrait être raisonnable et que les membres devront, compte tenu de leurs expertises, avoir la capacité de décortiquer les différents sujets économiques, sociaux ainsi que les sujets concernant les services publics, la question culturelle et la problématique de redistribution des fruits de la croissance.

Indépendamment de la composition de la commission, le chantier est basé sur l’écoute de toutes les composantes de la société afin de faire un diagnostic franc et neutre qui met en avant les acquis et met la main sur le déphasage entre les attentes et ce qui est réalisé, a affirmé l’ancien président du CESE en précisant que la commission étudiera tous les rapports qui lui ont été remis ainsi que tout ce qui circule sur les réseaux sociaux.

Citant le responsable, le journal indique que la méthodologie de travail de la commission devrait être précisée dès que les membres de la commission seront réunis.

Approche inclusive

Selon le journal, Chakib Benmoussa capitalise sur l’implication de toutes les parties prenantes dans le cadre d’une approche participative et inclusive afin de «jeter les jalons d’un nouveau modèle qui capitalise sur les acquis et les réalisations de l’existant».

Néanmoins, il a tenu à préciser que cette commission spéciale est consultative, même si elle compte être exigeante en termes de qualité du rendu qui sera soumis au souverain mi-2020.

«Nous ne travaillons pas sur l’élaboration d’un plan de développement, mais plutôt pour la réalisation d’une référence pour les politiques publiques respectant les principes constitutionnels», a-t-il relevé.

Soulignant qu’il s’est investi dans cette mission avec une seule motivation: celle de servir les intérêts supérieurs de la patrie, il a insisté pour rappeler que le roi sera le garant du consensus nécessaire à sa mise en œuvre et surtout à son appropriation par tous, indique la même source.

Pour Chakib Benmoussa le temps imparti accordé par le souverain est assez suffisant. Le quotidien note qu’il est aussi question de mettre en place une plateforme digitale pour recueillir un maximum d’idées et d’opinions dans une approche inclusive.