H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelle.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Les employés de maison ont vu leurs conditions de travail se dégrader pendant la pandémie de Covid-19, dix ans après l’adoption d’une convention historique de l’Organisation internationale du travail (OIT) sur leur droits.

    Selon ce nouveau rapport publié mardi par l’OIT, pour nombre des 75,6 millions d’employés à domicile à travers le monde (soit 4,5% des salariés), il n’y a pas eu d’amélioration en matière de conditions de travail au cours de la dernière décennie.

    Les employés de maison, dont 61,4 millions évoluent au sein de l’économie informelle, sont les plus touchés par les répercussions de la pandémie.

    « La crise a souligné l’urgence du besoin de formalisation du travail domestique afin de veiller à ce que ces personnes puissent accéder au travail décent, en commençant par l’extension et par la mise en œuvre de mesures en matière de droit du travail et de sécurité sociale qui s’appliquent à l’ensemble des travailleuses et travailleurs domestiques », a affirmé le directeur général de l’OIT, Guy Ryder.

     

    Lire aussi: Personnel domestique: seulement 500 contrats déposés depuis la nouvelle loi

     

    Davantage d’employés à domicile ont perdu leur travail ou subi une réduction drastique de leurs heures, et donc une diminution de leur salaire, par rapport aux autres salariés.

    En comparaison avec le dernier trimestre de 2019, le nombre de travailleurs domestiques a diminué au deuxième trimestre de 2020, au plus fort de la crise, de 5 à 20% dans la plupart des pays européens examinés par l’OIT, d’environ 50% en Amérique latine et dans les Caraïbes, et de 70% au Pérou.

    Tandis que pendant la même période, les pertes d’emplois chez les autres salariés étaient inférieures à 15% dans la plupart des pays, observe le rapport.

    Bien qu’ils fournissent des services essentiels à des clients souvent vulnérables, les travailleurs domestiques ont rarement des équipements de protection individuelle à leur disposition. En outre, comme nombreux occupent un emploi informel, ils sont moins susceptibles d’avoir accès aux mesures de soutien adoptées pour faire face à la pandémie.

     

    – « Impact humain » –

     

    « Derrière les chiffres agrégés, il y a un impact humain plus profond qui accentue davantage la souffrance liée aux répercussions de la pandémie de Covid-19 sur le marché du travail », a indiqué M. Ryder, en conférence de presse.

    Plus des trois quarts des travailleurs domestiques sont des femmes.

    La grande majorité des travailleurs domestiques sont employés dans deux régions du monde: environ la moitié d’entre eux se trouvent en Asie et dans le Pacifique, largement en raison du poids de la Chine, une autre partie significative (17,6 millions) se situant dans les Amériques.

    Alors que les femmes constituent la majorité de la main-d’œuvre en Europe et en Asie centrale ainsi que dans les Amériques, les hommes sont plus nombreux que les femmes dans les États arabes et en Afrique du Nord, et représentent un peu moins de la moitié de l’ensemble des travailleurs domestiques en Asie du Sud.

    Il y a dix ans, l’adoption d’une convention sur les employés à domicile, dont le travail recouvre toutes les tâches exercées au sein d’un ménage (cuisine, nettoyage, jardinage, s’occuper des enfants…) avait été saluée comme une véritable percée.

     

    Lire aussi: A partir de ce mois, les travailleurs domestiques doivent obligatoirement bénéficier de couverture sociale

     

    Depuis, un certain nombre de progrès ont été faits, comme la baisse de plus de 16 points de pourcentage du nombre de travailleurs domestiques qui sont totalement exclus des législations et des réglementations en matière de travail, pointe l’OIT.

    Cependant, un peu plus d’un tiers de ces travailleurs (36%) demeurent totalement exclus du périmètre d’application du code du travail, en particulier en Asie et dans le Pacifique ainsi que dans les États arabes, indique l’organisation onusienne basée à Genève.

    Même lorsqu’ils sont couverts par la législation concernant le travail et la sécurité sociale, la question de la mise en œuvre de ces droits reste une source importante d’exclusion et de travail informel. Selon le rapport, seul un employé à domicile sur cinq (18,8%) bénéficie d’une couverture sociale effective liée à son travail.

    Share.

    Comments are closed.