Vidéo. Ils dansent pour narguer le racisme

à 16:30
Pascal et Driss

«Danser pour combattre le racisme», voici le projet de Driss et Pascal, deux amis réunis par l’amour de la danse. A travers des vidéos de danse afro filmées sur le toit d'une maison au quartier Gauthier à Casablanca, ils veulent sensibiliser Marocains et Subsahariens à être plus tolérants les uns envers les autres.

En rencontrant Pascal (ou Émile comme il préfère qu'on l'appelle) et Driss, on est tout de suite frappé par la belle complicité qu’il y a entre eux. Les deux jeunes hommes sont amis depuis maintenant 4 ou 5 ans. Réunis par l’amour de la danse, ils veulent sensibiliser Marocains et subsahariens à «dépasser comme eux les préjugés» et à accepter les différences des autres.

Parce que c’est une réalité, les relations entre Marocains et Subsahariens installés au Maroc sont des fois compliquées. Ces derniers sont souvent objet d’ostracisme et d’agressivité.

Pascal, Congolais installé au Maroc depuis 8 ans maintenant, ajoute que les Marocains sont également objet de mépris lorsqu’ils s’essayent à la danse afro. Certains subsahariens refuseraient cette «intrusion» dans leurs univers et accuseraient ces Marocains de vouloir s’approprier leurs cultures. Les deux amis veulent donc changer la donne à travers leur projet.

«Le message qu’on veut transmettre aux gens à travers notre projet, c’est d’aller vers les autres, de faire l’effort d’intégrer les gens dans notre culture. Comme moi j’ai fait l’effort d’aller vers cette culture qui n’est pas la mienne par amour et ça a marché pour moi, pourquoi ça ne marcherait pas dans les deux sens ?», se demande Driss.

Pascal et Driss tournent leur première vidéo le 18 juin dans un spot magnifique depuis lequel on peut voir tout Casablanca, grâce à l’aide de leur ami Saâd el Mgaddar qui filme les capsules avec un téléphone 4K.  «Les deux tours» voit donc le jour, et c’est une réussite ! Leur première vidéo culmine à 180.000 vues sur Instagram. Sur cette vidéo, ils sont accompagnés par Youri, un danseur hip hop qu'ils ont "converti" à la danse afro.

«On a choisi ce nom parce qu’il symbolisait les deux cultures, Marocaine et Subsaharienne, très puissantes», nous déclare Driss.