Tariq Ramadan accusé de viol par l'écrivaine Henda Ayari

Henda Ayari accuse Tariq Ramadan de viol et de menaces. DR

L’écrivaine Henda Ayari a déposé une plainte, ce vendredi, contre Tariq Ramadan pour “viol, agression sexuelle et harcèlement”. Elle avait raconté son agression sexuelle dans un livre sans jamais citer le nom de l’islamologue.

«J'ai décidé de déposer plainte contre Tariq Ramadan pour ce qu'il m'a fait subir !  Cette plainte sera déposée dès aujourd'hui ! Je n'ai peut être pas les mêmes moyens financiers que lui pour me payer des avocats et experts pour me défendre mais j'irai jusqu'au bout de ce combat quoi qu'il m'en coûte!», écrit ce vendredi Henda Ayari dans un message publié sur sa page Facebook. C'est une décision très difficile, mais j'ai décidé moi aussi qu'il est temps de dénoncer mon agresseur, c'est Tariq Ramadan”, poursuit-elle dans un autre message, posté sur le réseau social.

Cette ancienne salafiste, répudiée par son mari rigoriste et violent, avait décidé de retirer en 2015, après les attentats de Paris, son voile islamique qu’elle portait depuis l’âge de 21 ans, pour devenir enfin “une femme musulmane libre”. Elle a rapporté son histoire dans un livre, “J’ai choisi d’être libre”, sorti en 2016 et où elle racontait avoir été violée dans sa jeunesse, sans donner le nom de son agresseur. Aujourd'hui, elle désigne Tariq Ramadan, expliquant avoir "gardé le silence" jusqu'à ce vendredi par "peur des représailles". "C'est très dur mais je me sens soulagée", écrit-elle sur Facebook.

Dans son post, l'écrivaine accuse encore l'islamologue de "manipulation" et indique qu'elle a rompu le silence pour inciter d'éventuelles autres victimes à s'exprimer à leur tour. "J'espère vraiment que d'autres femmes victimes, comme moi, oseront parler, et dénoncer ce gourou pervers qui utilise la religion pour manipuler les femmes !", souligne-t-elle. "Je sais qu'il me tombera dessus avec son équipe d'avocats et ces nombreux soutiens, c'est pour cela que je vais vraiment avoir besoin de vous pour me soutenir !".