Euro-2024: l’Espagne écrase la Croatie (3-0) en quête d’un quatrième titre

Publié le
Euro-2024: l'Espagne écrase la Croatie (3-1) en quête d'un quatrième titre
Mateo Kovacic marqué par Fabian Ruiz Lamine Yamal lors du match de football du Groupe B de l'UEFA Euro 2024 entre l'Espagne et la Croatie à l'Olympiastadion de Berlin le 15 juin 2024. © Gabriel Bouys/AFP

Après l’entrée en lice parfaite vendredi du pays-hôte, l’Allemagne, l’Euro a accéléré le rythme samedi avec le choc entre l’Espagne et la Croatie qui a très nettement tourné à l’avantage des triples champions d’Europe (3-0) et la facile victoire de la Suisse face à la Hongrie (3-1).

Le milieu de terrain du Paris SG, Fabian Ruiz, passeur pour Alvaro Morata (29e) et auteur du deuxième but (32e), a été le grand artisan du succès de la Roja face aux Vatreni (« les Ardents »), finalistes du Mondial-2018. Dani Carvajal a enfoncé le clou (45+2), servi par la pépite du FC Barcelone Lamine Yamal qui est devenu le plus jeune joueur à disputer un match de l’Euro à 16 ans et 338 jours.

En fin de rencontre, sur une relance ratée du gardien Simon, Rodri s’est sacrifié en commettant une faute sur Bruno Petkovic, sanctionnée par un pénalty. Mais Petkovic a buté sur le portier et, servi par Perisic, il a finalement marqué mais le but a été invalidé pour une position de hors-jeu du passeur croate (79e).

L’Espagne, trois fois victorieuse du tournoi continental en 1964, 2008 et 2012, a toutefois connu deux frayeurs: Morata est sorti visiblement blessé (67e) et Rodri a quitté le terrain en fin de match sans qu’on sache s’il était touché ou victime de crampes.

Le deuxième match du groupe oppose en soirée (21h00) l’Italie à l’Albanie à Dortmund.

Le coup d’envoi de cet Euro allemand, qui marque le retour à un format classique après l’édition 2021 éclatée entre 11 pays du continent, a été donné vendredi soir à Munich et il a été formidable.

Devant plus de 65.000 spectateurs et dans une ambiance festive, l’Allemagne a en effet plus que réussi ses débuts, avec une démonstration de force et d’enthousiasme contre l’Ecosse, totalement dépassée (5-1).

Samedi au stade de Cologne, ce sont les Suisses qui ont donné une petite leçon aux Hongrois, inexistants et faibles techniquement surtout en première période (3-1).

Dans ce second match du groupe A, le Suisse Michel Aebischer est devenu le premier joueur de la Nati à marquer et délivrer une passe décisive lors d’un même match à l’Euro (12e, 45e). Au retour des vestiaires, les Hongrois ont haussé le ton, en réduisant le score (2-1, 66e). Les Suisses ont scellé le sort de la rencontre en fin de match (3-1, 90+3).

La Mannschaft fait plus que jamais figure de favorite de la compétition avec la France et l’Angleterre.

En 2021, lors d’un tournoi repoussé d’un an à cause de la pandémie de Covid et disputé dans des stades à jauges réduites, c’est l’Italie qui s’était imposée à la surprise générale, entre deux absences embarrassantes à la Coupe du monde.

Samedi, le champion remet son titre en jeu avec un premier match a priori à sa portée face à l’Albanie, dirigée par l’éphémère entraîneur lyonnais Sylvinho, à 21h00 à Dortmund. Mais les Azzurri sont dans le même groupe que l’Espagne et la Croatie, le B, probablement le plus relevé du tournoi. Peuvent-ils s’en sortir ?

Il y a trois ans, le sélectionneur Roberto Mancini avait tiré le meilleur d’un effectif au potentiel limité. Cette année, son successeur Luciano Spalletti aurait besoin d’un miracle du même genre pour aller au bout. Mais avec Gianluigi Donnarumma dans les buts, Nicolo Barella au milieu de terrain et Federico Chiesa ou Gianluca Scamacca en attaque, l’Italie a tout de même quelques arguments.

En défense, Spalletti a choisi d’aligner contre les Albanais une charnière centrale composée du jeune Riccardo Calafiori, 22 ans et qui honorera sa troisième sélection, et d’Alessandro Bastoni.

La rédaction vous conseille

Les titres du matinNewsletter

Tous les jours

Recevez chaque matin, l'actualité du jour : politique, international, société...

Euro-2024: l’Espagne écrase la Croatie (3-0) en quête d’un quatrième titre

S'ABONNER
Partager
S'abonner