Espagne: les nationalistes basques prennent le contrôle de Pampelune

Publié le
Espagne: le parti héritier de la branche politique de l'ETA prend le contrôle de Pampelune grâce aux socialistes
Joseba Asiron, membre de EH Bildu, nouveau maire de la municipalité de Pampelune. © Europa Press

Le parti de gauche radicale EH Bildu, considéré comme l’héritier de la branche politique du mouvement séparatiste basque ETA, a pris le contrôle jeudi de la municipalité de Pampelune (nord de l’Espagne) grâce aux voix du Parti socialiste, un évènement dont l’impact a été ressenti au niveau national.

Dans une ambiance de tension extrême, le revirement des conseillers socialistes à la municipalité de Pampelune, capitale de la région de Navarre, qui ont uni leurs voix à l’opposition de gauche, a permis l’adoption d’une motion de censure contre la maire sortante, Cristina Ibarrola, membre de l’Union du Peuple Navarrais (UPNO), et son remplacement par Joseba Asiron, membre de EH Bildu.

D’apparence locale, cette bataille pour le contrôle de Pampelune, ville connue dans le monde entier pour ses fameuses fêtes de la San Fermín, a en fait une portée nationale, un mois après la reconduction au pouvoir du Premier ministre socialiste Pedro Sánchez grâce au soutien de deux partis indépendantistes catalans, mais aussi celui de EH Bildu.

Les détracteurs de EH Bildu reprochent à ce parti de ne pas avoir condamné sans ambage les exactions perpétrées pendant plusieurs décennies par l’ETA, un groupe armé tenu pour responsable de la mort de plus de 850 personnes dans tout le pays. EH Bildu compte dans ses rangs d’anciens membres de l’ETA.

Après les élections locales et régionales de mai dernier, la branche navarraise du Parti socialiste s’était engagée à ne pas aider EH Bildu à conquérir la mairie de Pampelune et avait permis l’élection comme maire de Mme Ibarrola, dont le parti avait obtenu le plus d’élus.

Mais les socialistes ont fait volte-face il y a quelques semaines, au grand dam de l’opposition de droite.

« Cette motion de censure est le pacte cagoulé d'(Arnaldo) Otegi (leader de HE Bildu) et de Sánchez », a dénoncé jeudi matin Alberto Núñez Feijóo, chef du Parti populaire, principal parti de l’opposition de droite, dans une allusion aux cagoules que portaient les membres des commandos de l’ETA.

« Ils nous ont menti, ils nous ont trompé », a lancé M. Feijóo lors d’une conférence de presse à Madrid, quelques minutes avant le vote de la motion de censure à Pampelune.

La rédaction vous conseille

Les titres du matinNewsletter

Tous les jours

Recevez chaque matin, l'actualité du jour : politique, international, société...

Espagne: les nationalistes basques prennent le contrôle de Pampelune

S'ABONNER
Partager
S'abonner