Élections européennes: quand la gauche radicale espagnole fait dans la provoc’ avec le Maroc

Publié le
belgium eu corruption qatargate vote
Parlement européen © Archives

La candidate de la formation de gauche radicale Sumar aux élections européennes a promis de mandater une mission d’enquête au Sahara autour du respect des droits de l’homme. Derrière cette manœuvre, la volonté de faire révoquer les accords commerciaux entre Rabat et Bruxelles.

Au moment où le gouvernement espagnol s’emploie à resserrer les liens avec son voisin marocain en multipliant les sorties rassurantes à l’adresse de Rabat concernant le dossier du Sahara, son partenaire politique Sumar continue de croiser le fer avec le Maroc.

C’est de la sorte qu’Estrella Galan, la candidate aux élections communautaires de ce mouvement politique radical espagnol et parti de la coalition gouvernementale a promis que l’une de ses premières actions serait d’organiser une mission d’enquête au… Sahara. La prétendue délégation aura pour tâche de s’arrêter sur le « respect » des autorités marocaines de leur engagement en matière des droits de l’homme, s’est aventuré à lâcher l’activiste.

Et ce n’est pas tout ! Ses promesses électorales fantaisistes prévoient la reconnaissance par l’Union européenne du polisario « comme interlocuteur légitime pour les affaires liées au Sahara”, regrettant à cette occasion que Bruxelles prive actuellement les séparatistes de cette condition! Allusion faite aux rounds de négociations portant sur les accords et les protocoles d’association entre le Maroc et son partenaire européen et auxquels les séparatistes souhaitent y prendre part.

Cette sortie -incongrue- de la candidate de Sumar, qui se présente pour la première fois au Parlement Européen, a eu lieu au cours de déclarations aux médias après s’être réunie au Congrès, la chambre basse espagnole, avec le délégué du polisario en Espagne.

Sahara: le Sénégal réaffirme son soutien constant et ferme à l’intégrité territoriale du Maroc

Au terne de cette rencontre, Galan a également expliqué que son groupe allait demander que la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO) élargisse son mandat et supervise également le respect des droits de l’homme pour la population sahraouie. Il s’agit de  de l’une des fanfaronnades des alliés des séparatistes mais qui n’a jamais trouvé écho auprès des instances onusiennes.

De même, la tête de liste de cette coalition radicale de gauche a souligné que « la cause sahraouie est un engagement fondamental pour Sumar », étant donné que leur programme revendique son soi-disant « principe de l’autodétermination ». Par conséquent, son parti militera pour que ses “promesses” fassent partie de l’agenda des élus communautaires, lors de la prochaine législature.

La rédaction vous conseille

Les titres du matinNewsletter

Tous les jours

Recevez chaque matin, l'actualité du jour : politique, international, société...

Élections européennes: quand la gauche radicale espagnole fait dans la provoc’ avec le Maroc

S'ABONNER
Partager
S'abonner