«We Pay», la révolution du paiement mobile signée CIH Bank

à 13:00

Le 10 mai, CIH Bank a dévoilé «We Pay». Une application qui va révolutionner les modes de paiement jusque-là pratiqués au Maroc, qui permet de payer, d’envoyer de l’argent et en retirer d’un guichet automatique ou chez un commerçant. Les détails.

Ce portemonnaie électronique est un nouveau cap franchi dans la stratégie des «Solutions nationales de paiements mobiles», portéé par Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT). Son objectif consiste à encourager l’utilisation des paiements électroniques et de réduire la circulation du cash qui constitue pour le moment plus de 80% des transactions.

«Le cash est trop couteux. Le traitement des billets de banque coûte près de 7 milliards de DH. Autant dire que la transition vers le paiement électronique permettre une meilleure sécurisation de l’argent et une accélération des flux économiques, moyennant un simple téléphone, surtout dans les axes loin des grandes villes», analyse Ahmed Rahhou, PDG de CIH Bank.

Pour en faire un outil complet, l’application «We Pay»., téléchargeable sur un smartphone depuis PlayStore ou Appstore, permet au client l’alimentation en espèces en agences ou par débit carte, l’alimentation par compte en agences ou via l’espace CIH Net et/ou CIH Mobile ainsi que le transfert d'argent de «We Pay» vers «We Pay». L’application permet également les paiements de factures (eau, électricité, téléphone, internet, taxes…) ainsi que des recharges téléphoniques et recharge Jawaz (autoroutes).

Par ailleurs, l’interopérabilité entre les solutions de différentes banques est prévue pour le mois de juillet, selon Mohamed Horani, PDG de HPS, la société chargée de mettre en œuvre cette technologie du switch mobile.

Dans le but de rendre cette application accessible à toutes les couches socioculturelles de la société, une version en arabe et en amazigh est en cours de préparation.

 

Quand le commerçant devient agent de banque

 "Supposons qu'une personne a besoin d’une somme de 10 ou 20 dirhams seulement. L'épicier du coin pourra donner cette somme au client et ce dernier lui versera de l’argent sur son wallet», détaille Ahmed Rahhou.

En clair, les commerçants joueront le rôle d’«auxiliaires »  du CIH en contrepartie d’une rémunération sous forme de commissions payées par CIH Bank. Pour inciter les commerçants à jouer le jeu, Ahmed Rahhou a déclaré que leurs transactions seront gratuites pour la personne qui paye et la personne qui reçoit le paiement en dessous d'une somme qui sera déterminé après des concertations entre Bank Al-Maghrib, les banques et l'ANRT.

« Grâce au réseau des commerçants, les transactions seront plus rapides tout en étant sécurisées. Le wallet de l'établissement de paiement permettra de fédérer les épiciers, et qui va leur offrir les solutions qui leur sont destinées, en particulier l'ouverture des comptes de paiement de type 1 plafonnés à 200 DH", explique Ahmed Rahhou.

Enfin,«We Pay» permettra à terme d’effectuer des transferts vers l’étranger sur la base des dotations permises par la réglementation en vigueur. Ce paiement à l'international pourra se faire en effleurant le téléphone mobile sur un terminal monétique compatible (NFC).