Vidéo. Masques de protection: les ambitions de Moulay Hafid Elalamy

Le ministre de l'Industrie, du commerce et de l'économie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy./DR

Masque sur le visage, le ministre de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy, est intervenu hier au journal télévisé de la chaîne Al Oula, afin de faire le point sur la production et commercialisation des masques des protection dans le pays.

Le port du masque de protection est désormais obligatoire dans l’espace public, à cause de la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19). Ces masques sont produits au Maroc, une rapide reconversion opérée par les industriels du textile dans le pays, guidés par le ministre de l’Industrie et du commerce.

Ce dernier a expliqué lors de son intervention que «lorsque cette pandémie a débuté, les consignes étaient claires, concernant les efforts qui devaient être fournis au niveau de chaque secteur», afin qu’ils puissent amener leur pierre à l’édifice.

 

Lire aussi: Coronavirus: le port des masques obligatoire dès demain mardi

 

«Cela fait trois semaines que nous travaillons sur ce projet. Nous avons consulté nos industriels pour savoir qui pourra fabriquer ces masques», a-t-il affirmé. Résultat : «aujourd’hui nous produisons 3 millions de masques par jour. Et à partir de mardi prochain (15 avril) nous dépasserons le cap des 5 millions de masques fabriqués quotidiennement», détaille ministre.

S’ouvrir à l’export

La production n’a démarré que depuis une semaine et durant les deux derniers jours, 5,3 millions de masques de protection ont été distribués, affirme-t-il, précisant que «dans un premier temps, ces masques ont été distribués auprès du ministère de la santé, puis aux agents d’autorité, puis troisièmement auprès des usines, notamment celles qui produisent ces masques».

«Nous avons commencé par les grands marchés, puis nous en avons distribué aux épiceries à travers tout le royaume (…) D’ici la fin de semaine nous pourrons renflouer le stock auprès de 66 000 points de vente», a-t-il annoncé.

 

Lire aussi: Masques médicaux: dans un contexte de pénurie mondiale, le Maroc opte pour une « stratégie nationale »

 

Les ambitions du ministère et des industriels ne s’arrêtent pas à une simple autosuffisance. Le pays voudrait en devenir exportateur également surtout en ces temps, où la demande ne cesse de grandir.

Nous sommes en contact permanent avec d’autres pays voisins et européens, qui «demandent au Maroc de les approvisionner en masques que nous fabriquons actuellement.  Nous le ferons, car durant les jours à venir nous inonderons le marché marocain avec ces masques».

Quant au prix des masques, le ministre rappelle qu’après un premier prix fixé à 2 DH pour la boîte de 100 masques, ce prix a été revu à la baisse, passant à 80 centimes, grâce à une intervention du roi Mohammed VI.

«Je demande ainsi aux Marocains d’être vigilant, car il est inconcevable que le roi ait décidé d’un prix et qu’il soient enfreint», conclut le ministre, en signalant également que ces masques de protection ne sont pas à confondre avec les masques sanitaires vendus en pharmacie.