Restaurateurs et cafetiers épinglent le Comité de vigilance

2962
Crédit. Ayoub Ouajib

Les mesures visant les restaurants et cafés, plus particulièrement au niveau de Casablanca, continuent de faire débat. Pour les professionnels du secteur ces décisions sont «improvisées», «aléatoires» et «unilatérales».

«La situation dans laquelle se trouve le secteur des cafés et restaurants à la suite des mesures prises pour limiter la propagation du Covid-19, a été exacerbée et aggravée par les décisions improvisées et aléatoires du gouvernement et des autorités locales d’un certain nombre de régions», dénonce l’Association nationale des propriétaires de cafés et restaurants (ANPCR).

Dans un communiqué publié à la suite d’une réunion tenue le dimanche 4 octobre, le bureau national de l’association condamne fermement les «décisions improvisées, aléatoires et unilatérales prises par le Comité de vigilance, le gouvernement, les ministères de l’Intérieur, celui de  la Santé et les autorités locales sans l’implication des professionnels et sans aucune considération pour eux, leurs familles et les centaines de milliers de travailleurs du secteur».

 

Lire aussi: Casa-Settat: plus d’un millier de cafés et restaurants n’ont pas rouvert après le confinement

 

L’association souligne «l’incapacité du gouvernement à répondre à l’une des quelconque des revendications des professionnels». Au lieu de cela, les autorités ont poursuivi leurs actions en imposant des taxes, en procédant même à des augmentations et en distribuant également des amendes, indique le communiqué parvenu à H24 Info.

De plus, l’association des professionnels souligne l’échec du Comité de vigilance et du gouvernement à ouvrir un canal de dialogue et de communication avec les professionnels. L’association appelle ainsi tous les professionnels marocains du secteur à «se préparer à toutes les formes de lutte pour répondre à l’intransigeance du gouvernement et ses décisions improvisées et aléatoires».

Pour rappel, les restaurants et cafés sont soumis à de nombreuses restrictions. Les plus strictes sont celles imposées à Casablanca, où l’épidémie bat son plein. En effet, les cafés sont contraints de fermer à 20H, tandis que les restaurants doivent baisser le rideau à 21H.