La Qatar National Bank va ouvrir davantage son capital aux étrangers

560

La Qatar National Bank, la plus grande banque du Moyen-Orient, veut porter à 49%, au lieu de 25%, les parts susceptibles d’être détenues par des investisseurs étrangers, selon un communiqué publié lundi.
L’initiative, qui sera proposée à une Assemblée générale extraordinaire, intervient dans un contexte de crise diplomatique pour le Qatar qui a vu d’anciens alliés et voisins dirigés par l’Arabie saoudite mettre en oeuvre un boycott contre Doha qui dure depuis neuf mois.
« Le Groupe QNB a l’intention de recommander à l’Assemblée générale extraordinaire de la Banque d’approuver l’augmentation du pourcentage de participation non qatari dans le capital de la société à 49% au lieu de 25% », peut-on lire dans ce communiqué.
La banque a ajouté qu’elle annoncerait « en temps voulu » la date de l’Assemblée.
Parmi les actionnaires actuels figure la Qatar Investment Authority (fonds souverain de l’émirat gazier), qui détient des participations importantes dans des biens immobiliers à Londres et qui a des participations dans diverses sociétés, dont le groupe automobile allemand Volkswagen.
Environ 7% de QNB sont détenus par des investisseurs étrangers, selon l’agence Bloomberg.
L’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte ont coupé tous leurs liens avec le Qatar le 5 juin dernier, en accusant Doha d’entretenir des liens suspects avec des groupes extrémistes et de ne pas prendre assez de distance avec l’Iran.
Le Qatar aurait injecté 43 milliards de dollars (35 milliards d’euros) dans les banques de Doha depuis le début de la crise régionale.
Ce mois-ci, le Fonds monétaire international a déclaré que l’impact économique de la crise s’estompait sur l’émirat du Qatar, mais que des risques demeuraient pour le futur hôte de la Coupe du monde de football en 2022.