Pêche de thons rouges de l’Atlantique: le WWF appelle à la prudence

1463

Une possible augmentation drastique du quota de thons rouges dans la Méditerranée et l’Est de l’Atlantique sera discutée lors d’une rencontre au Maroc la semaine prochaine (14-22 novembre) par l’Union européenne et d’autres pays membres de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (CICTA).

Le comité scientifique de la CICTA propose en effet d’augmenter le quota de prises jusqu’à 36 000 tonnes d’ici 2020, soit plus du double du quota de 2015, alors même qu’il annonce que le stock n’a pas encore été reconstitué.

Une situation qui inquiète vivement les ONG de défense de l’environnement, notamment WWF (World Wide Fund for de Nature).  Les scientifiques de l’ONG alertent ainsi sur un manque de prudence qui pourrait ruiner le résultat de 10 ans de combat.

«Le stock de thon rouge n’est pas encore prêt à faire face à une augmentation aussi rapide des prises et souffrirait d’une gestion moins stricte. Il nous a fallu plus de dix ans pour réintroduire le thon rouge dans nos mers, et nous ne voulons pas le perdre à nouveaupour un profit à court terme», affirme Alessandro Buzzi, Responsable des projets pêche au WWF Méditerranée

Le WWF préconise d’établir un quota de 28 000 tonnes de prises d’ici 2020 afin que la population de thons rouges puisse continuer à croître.  L’ONG demande par ailleurs aux pays membres d’allouer de plus grandes parts de quotas aux petites pêcheries, qui ont été écartées de l’accès à la ressource ces dix dernières années – à condition que les standards de contrôle et de surveillance soient garantis.