Onze millions de dépenses injustifiées pour Carlos Ghosn chez Renault Nissan BV

à 16:42
DR.

Un audit révèle 11 millions d’euros de dépenses non justifiées chez RNBV, la coentreprise de Renault et Nissan. Le conseil d’administration de Renault va demander des comptes à son ex-PDG devant la justice néerlandaise. L’État va transmettre des éléments à la justice, a indiqué ce mercredi le ministre de l’Économie Bruno Le Maire.

Le conseil d’administration de Renault qui s’est réuni mardi 4 juin n’a pas seulement examiné le projet de fusion entre Renault et Fiat Chrysler Automobiles (FCA). Il a également pris connaissance des résultats de l’audit mené par le cabinet Mazars sur les dépenses de Carlos Ghosn dans le cadre de Renault Nissan BV (RNBV), la coentreprise entre Renault et Nissan.

Cet audit a été lancé il y a plusieurs mois déjà, et faisait suite à l’arrestation de l’ex-PDG de Renault et Nissan le 19 novembre au Japon sur des soupçons de mauvaises conduites. Renault avait lancé des investigations de son côté, qui ont débouché sur un signalement à la justice. Mais un audit a également été lancé chez RNBV, la société en charge des synergies au sein de l’Alliance et que la partie japonaise accusait d’être une sorte de «boîte noire». Jean-Dominique Senard, le nouveau président de Renault, a d’ailleurs mis cette entité en sommeil au profit d’un nouveau conseil de l’Alliance.

L’audit de Mazars révèle 11 millions d’euros de dépenses personnelles au profit de l’ex-PDG ainsi que des dons à des organismes à but non lucratif, dons qui ne semblent pas justifiés pour les auditeurs. Voyages personnels avec les avions de la société, montre Cartier, invitations personnelles au Festival de Cannes... La liste des dépenses non justifiées est longue.

Le conseil d’administration de Renault ne va pas saisir directement la justice française à la suite de cet audit, RNBV étant immatriculée aux Pays-Bas. Mais il va tout de même demander des comptes à son ex-patron. Dans un communiqué, le conseil de Renault demande en effet «aux représentants de Renault de se rapprocher de leurs homologues de Nissan dans les instances de gouvernance de RNBV en vue de la mise en œuvre des actions judiciaires disponibles aux Pays-Bas au titre des surcoûts de déplacements de Ghosn par avion, de certaines dépenses engagées par Ghosn et des moyens d’être dédommagé par Ghosn des dons ayant bénéficié à certains organismes à but non lucratif».

 

Ce mercredi, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a indiqué que les conclusions de l’audit mené «montrent des faits répréhensibles que nous allons transmettre à la justice. Il y aura une plainte qui sera instruite et la justice tranchera». Il a ajouté que «l’État a joué son rôle d’actionnaire de référence: il y a six mois j’ai demandé un audit interne quand les révélations ont été dévoilées. C’est un État qui joue pleinement son rôle et qui assure la bonne gouvernance de l’entreprise.»