ONCF: un chiffre d’affaires de 3,7 milliards de dirhams en 2016, en hausse de 1%

466

L’Office National des Chemins de Fer (ONCF) a annoncé avoir réalisé, au cours de l’année 2016, un résultat d’exploitation de 223 millions de dirhams (MDH), en progression de 31%.

En effet, les agrégats financiers et de gestion de l’Office ont dépassé les prévisions budgétaires avec, par ailleurs, un chiffre d’affaires de 3,7 milliards de dirhams (MMDH) (+1%), une valeur ajoutée de 2,5 MMDH (+3%) et une capacité d’autofinancement de 673 MDH (+5,8%), a fait savoir l’Office dans un communiqué rendu public à l’issue de son Conseil d’Administration, tenu vendredi à Rabat, sous la présidence du ministre de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, Abdelkader Amara.

« L’Office a continué à jouer son rôle de transporteur de référence et d’acteur économique de choix comme en témoignent quelques indicateurs révélateurs: près de 40 millions de voyageurs transportés, plus de 28 millions de tonnes de marchandises acheminées, environ 5,8 MMDH d’investissements réalisés et un gain substantiel pour la collectivité estimé à 2,5 MMDH grâce à l’utilisation du train », a fait valoir le Directeur général de l’ONCF, Mohamed Rabie Khlie, cité par le communiqué.

 

Pour sa part, Amara n’a pas manqué de noter que le mode ferroviaire est appelé à se développer compte tenu des projets en cours au regard de sa portée socio-économique et de ses atouts indéniables pour la collectivité.

Il a également évoqué que les incidents isolés, sur lesquels l’Office veille à travers ses communiqués à en expliquer les raisons et à s’en excuser, « ne devraient pas impacter l’image de l’Office en tant qu’établissement public national ambitieux participant dans l’effort de construction d’infrastructures modernes de notre pays », a rapporté le communiqué.

 

Actuellement en phase d’achèvement, le programme d’investissement de l’Office comporte notamment le projet de construction de la ligne à grande vitesse reliant Tanger à Casablanca, le triplement de la voie ferrée entre Kénitra et Casablanca, le doublement complet de la ligne Casablanca-Marrakech, le remaniement des installations ferroviaires au sein de l’agglomération de Casablanca, la modernisation des installations de signalisation à travers le réseau, la réhabilitation du tunnel ferroviaire reliant Salé à Rabat, ou encore la construction de nouvelles gares ferroviaires, a relevé le communiqué.