Omar Faraj quitte la Direction générale des impôts

à 20:15

Le Directeur général des impôts Omar Faraj vient de quitter la Direction générale des impôts (DGI) qu’il a pilotée depuis le début de 2015.

Bien qu’il ait retardé son départ de deux ans suite à une dérogation du Chef du gouvernement, ce grand commis d’Etat a fait valoir son droit à la retraite. Malgré une prolongation de deux années supplémentaires qu’il lui a été accordé par le chef du gouvernement, Omar Faraj a choisi de quitter le navire de la DGI ce vendredi 13 septembre.

Son départ a été acté par la désignation du Directeur de la législation au sein de la même direction, Khalid Zazou, comme directeur général par intérim.

Avant de prendre les rênes de la DGI, Faraj avait dirigé les Domaines de l’Etat au sein du ministère de l’Economie des finances depuis 2010.

Natif de Fès, ce père de deux enfants a commencé sa carrière au sein de l’administration en 1980. C’était au ministère du Commerce et de l’Industrie où il a commencé en tant qu’inspecteur de l’industrie, après avoir obtenu une licence puis un CES en Droit public à la Faculté de Droit de Rabat.

Durant près de vingt ans il a sillonné les différentes administrations. A commencer par la direction chargée de la coopération du ministère de l’Industrie, puis en tant que chef du service administratif et de la formation. Ensuite il a occupé le poste de chef du service des affaires générales, celui de directeur du cabinet du ministre du Commerce, de l’industrie et de la privatisation avant d’occuper le poste de directeur des affaires générales au ministère du Commerce et de l’Industrie.

En 1998, il a été nommé conseiller du directeur général de l’administration des douanes et impôts indirects, directeur des ressources et de la programmation à l’administration des douanes et impôts indirects. En 2001, il est devenu le directeur des affaires administratives et générales au ministère de l’Economie et des Finances. En 2010, il a été nommé directeur des domaines de l’Etat au sein du ministère de l’Economie des finances et Directeur général de la DGI en 2015.

Après 40 ans passés au sein de l’administration publique, ce vieux routier a décroché à l’âge de 62 ans sans pour autant achever une réforme fiscale qui lui tenait à cœur.