Nigeria: des syndicats appellent au boycott du phosphate marocain

à 19:00

Plusieurs ONG et syndicats nigérians ont appelé mercredi les entreprises de leur pays à boycotter le phosphate marocain utilisé pour produire des engrais.

Les principaux syndicats du commerce (Trade Union Congress), du travail (Nigerian Labour Union), des milieux universitaires (Academic Staff Union of Universities) ainsi que 17 organisations de la société civile ont lancé cet appel lors d'une conférence de presse à Abuja.

Ils menacent les entreprises nigérianes qui continueraient d'acheter du phosphate au Maroc de lancer des mouvements de grève et de les poursuivre en justice.

« Nous soutenons le développement du Nigeria mais pas avec des ressources volées (...)", a déclaré un des responsables du mouvement syndical, Dipo Fasina.

Le Nigeria, comme d’autres pays du continent, a longtemps soutenu la République fantoche malgré le fait qu’il entretient des relations de plus en plus importantes avec le Maroc.

Abuja a opté pour une position plus conciliante vis-à-vis du royaume depuis une visite du roi Mohammed VI en décembre 2016, lors de laquelle une dizaine de partenariats économiques avaient été signés.

Le groupe OCP avait signé un protocole d'accord avec l'Association nigériane de producteurs et de distributeurs d'engrais (FEPSAN) visant à sécuriser, pour les trois prochaines années, l’approvisionnement d'engrais phosphatés «adaptés aux besoins du fermier nigérian».

Un accord pour la construction d'une plateforme de production d’engrais au Nigeria, alimentée par du phosphate marocain, avait également été conclu avec le groupe Dangote pour un investissement de 2,5 milliards de dollars avec une capacité annuelle initiale d’un million de tonnes à l'horizon 2018.

Le groupe OCP a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires de 55,9 milliards de dirham (5,23 millliards d'euros) en hausse de 15% par rapport à 2017 et un résultat net de 5,4 milliards de DH (510 millions d'euros) soit une progression de 19% par rapport à l'année précédente.