Cité Mohammed VI Tanger Tech: Othman Benjelloun fait le point

à 17:58

Pendant que des voix s’élèvent ici et là pour pointer le retard, voir les impossibilités techniques qui empêchent le démarrage du projet Cité Mohammed VI Tanger Tech, Othman Benjelloun, en sa qualité de président de la Société d’Aménagement de la CITE MOHAMMED VI TANGER TECH, est monté au créneau pour rassurer quant à la réalisation dudit projet.

Concernant les objectifs déjà atteints, le patron de la BMCE cite deux exemple: la mobilisation par les autorités compétentes d’un total de deux mille cent cinquante  hectares (2 150 ha) dans la région d’Aïn Dalia, et du parachèvement effectif des procédures d’expropriation relatives aux terrains de la première tranche du Projet. Cette opération a duré, à elle seule, plus d’une année. Le deuxième exemple cité par Benjelloun est la réalisation par les autorités locales des travaux d’infrastructures dites «Hors-Site» de la première tranche, incluant réseaux routiers, eau potable, assainissement et électricité. Ce chantier est presque finalisé aujourd’hui, rendant possible une prochaine installation des investisseurs avec lesquels plusieurs conventions ont été conclues, tels que LEAR, YAZAKI, DICASTAL ou encore BYD Auto Industry.

Tour de table: le flou total

Pour ce qui est du tour de table du projet, Benjelloun a déclaré: «La dimension imposante du Projet requiert des compétences et des ressources majeures pour en assurer le succès. À cet effet, un groupe chinois de stature internationale, ayant une assise financière puissante et une expertise éprouvée dans le domaine des parcs industriels, a manifesté son intérêt pour le développer». Pour rappel, le premier partenaire qui a été annoncé au moment du lancement du projet n’est autre que Haite, un mastodonte chinois spécialisé en aéronautique. Or, plusieurs rumeurs avaient fait état du retrait de ce groupe du projet en raison d’impossibilités techniques liées au terrain sur lequel il devait être construit. Cependant, la déclaration d’Othmane Benjelloun laisse tout le monde sur sa faim puisqu’il n’évoque pas le retrait (ou pas) de Haite Group du projet.

Cependant, la piste chinoise n’est pas pour autant abandonnée ne serait-ce que pour la réalisation du chantier. En effet, Othmane Benjelloun a déclaré que plusieurs manifestations d’intérêt ont été exprimées par des partenaires de stature internationale. Il s’agit notamment de China State Construction Engineering Corporation. Une société qui se place au premier rang dans le Top 250 Global Contractor par Engineering News Record en 2017, et compte plus de 5 600 projets dans 116 pays.