Melilia: la fermeture de la frontière commerciale plombe l'économie de la ville

DR.

Les autorités du préside occupé ont exprimé leur préoccupation après la fermeture du point de passage qui porte un coup dur à l’économie locale.
La ville de Melilia a essuyé de grosses pertes économiques suite à la fermeture de son point de passage. Le préside occupé est devenu ainsi une affaire d’Etat en Espagne, les opérations commerciales ayant été interdites par le Maroc, rapporte le quotidien arabophone Al Massae dans sa livraison de ce vendredi 31 août.
Face à cette situation, les autorités espagnoles ont «intensifié les contacts» avec la direction de la douane marocaine en vue «d’analyser les options nécessaires» à la réouverture de ce poste frontière.
Selon Al Massae citant des sources espagnoles, plusieurs rencontres ont été tenues, la dernière en date a été celle du ministre des Finances et du ministre des Affaires étrangères avec le délégué du gouvernement à Melilla, Sabrina Moh. Objectif de la rencontre: «Analyser l’impact de la fermeture de la frontière commerciale et considérer les issues éventuelles».
Le président du gouvernement local de Melilla, Juan José Imbroda, a déclaré à la presse que la ville va essuyer des pertes en millions d’euros au cas où la frontière commerciale continue à être fermée. «Cette situation est terriblement néfaste pour nous et constitue un coup dur pour l’économie locale», a-t-il ajouté.
Pour sa part, le président du comité des entrepreneurs de Melilla, Enrique Alcoba, a révélé que «le trafic des marchandises a été réduit de 50% par rapport à l’année dernière». A cet effet, les professionnels et les commerçants de la ville vont réclamer l’intervention du gouvernement espagnol pour défendre leurs intérêts.
Pour rappel, le Maroc a décidé de fermer la frontière commerciale avec Melilia. Après cette décision, seul le port de Beni Ansar jouxtant le préside occupé est autorisé à dédouaner des marchandises avec l’interdiction de toute opération d’import ou d’export par la voie terrestre. Par cette décision le Maroc vise à lutter contre l’économie informelle et l’évasion fiscale dans l’objectif de booster l’économie et créer des emplois dans le nord du pays.