Produits pétroliers au Maroc: la Cour des comptes tire la sonnette d'alarme

Un rapport de la Cour des comptes dénonce une grande insuffisance des stocks de sécurité des produits pétroliers au Maroc par rapport à la réglementation.

La Cour des comptes a publié son rapport sur «Les stocks de sécurité au Maroc», et les nouvelles sont alarmantes. L'étude, relayée mardi par L'Observateur du Maroc, note une insuffisance structurelle des stocks de sécurité des produits pétroliers par rapport au niveau prévu par la réglementation, qui est de 60 jours de consommation pour les produits raffinés chez les distributeurs.
 
Le rapport souligne que les écarts sont plus significatifs pour certains produits de grande consommation. Notamment, les stocks de gasoil disponibles a? fin 2015 ne permettaient de couvrir, en moyenne, que 24,1 jours de consommation, tandis que ceux de butane ne pouvaient couvrir que 27,5 jours de consommation, et le supercarburant 34,8 jours de consommation.

Des écarts importants sont également notés pour le fuel, dont les stocks disponibles chez les distributeurs ne pouvaient pas couvrir plus de cinq jours de consommation. Même son de cloche pour les stocks de carburéacteur (carburant d’avion) qui se limitaient à 19 jours de consommation à fin 2015. La Cour des comptes note que très souvent, dans la même année, les stocks atteignent des niveaux critiques en dessous de 10 jours de consommation pour certains mois.

Par ailleurs, la réglementation impose au raffineur 30 jours de ventes pour le pétrole brut, mais cette obligation n’est respectée qu’à moitié, les stocks ne couvrant que 15,7 jours de ventes a? juillet 2015, révèle le rapport. Et l’arrêt d’activité de la Samir depuis cette date n’arrange pas les choses, puisque cela porte un risque supplémentaire sur la se?curite? de l’approvisionnement du marché en produits pe?troliers.