L’ONCF triple sa voie ferrée Casablanca- Kénitra

à 15:30

L’entreprise compte tripler sa voie ferrée Casablanca-Kénitra et doubler celle de Settat-Marrakech. Au grand soulagement de ses clients qui n'en peuvent plus des retards et autres encombrements.

Deux projets d’envergure pour l’Office national des chemins de fer (ONCF). A commencer par la voie ferrée Casablanca-Kénitra qui abrite le plus grand nombre de voyageurs, notamment via train navette. Cette voie sera triplée pour un budget de 4,5 milliards de dirhams, selon les chiffres de L’Economiste. Le projet est quasi bouclé, puisque l’entreprise communique sur un taux d'avancement à hauteur de 80%.
 
Le second projet concerne l’axe Marrakech-Settat. Celui-ci sera doublé avec un budget de 2,4 milliards de dirhams. L’avancement du projet s’élève déjà à 25%. La ligne RER (63 kilomètres à Casablanca), objet de nombre de questions fait aussi partie des projets prioritaires du groupe. Mais avec un investissement de près de 10 milliards de dirhams, le projet est à peine en cours d’études.

Ces déclarations ressortent d’une réunion organisée le 2 mars dernier, qui rassemblait entre autres Mustapha Bakkoury, président de la région Casablanca-Settat, Abdelaziz Rebbah, ministre de l’Equipement, les représentants de l’Office national des aéroports (ONDA), de la Société nationale des transports et de logistique (SNTL), d'Autoroutes du Maroc, de l’ANP… Une première rencontre qui a permis à chaque partie de présenter ses projets prioritaires, en cours et à l’horizon 2020, pour la région Casablanca-Settat.

Il a été question de l’état déplorable des routes, notamment concernant le réseau routier de la région. Selon Mustapha Bakkoury, 56% du réseau goudronné de la ville et sa région serait en mauvais état. Trois axes d’urgence ont été définis lors de cette réunion. Le premier touche à la logistique, les capacités des ports, des autoroutes, l’éventualité d’un train régional… Vient ensuite le problème du manque de formation. L’offre actuelle en profils spécialisés ne représentera qu’un quart des besoins pour les 10 prochaines années. Le développement de la maintenance aéronautique et maritime a aussi été à l’ordre du jour.
A l’horizon 2021, deux projets sont en vue: le triplement de l’autoroute Berrechid-Casablanca, qui est arrivé à saturation avec plus de 70.000 véhicules par jour. L’axe Tit Mellil- Berrechid ne sera pas en reste et développera ses trois tronçons: Berrechid-Deroua, Deroua-Médiouna et Médiouna-Tit Mellil. L’ANP quant à elle a pour projet d’investir 3 milliards de dirhams dans les ports de Casablanca, Jorf Lasfar et Mohammedia. D’autres travaux sont en cours, comme ceux de la décongestion du trafic du port par exemple, qui enregistrent un état d’avancement de 68%.